Economie

Les heureuses nominées pour le Tecoma Award 2015

Cette année, parmi les cinq nominés pour le trophée du Meilleur entrepreneur de l’année figure les noms de deux femmes : Astrid Dalais, directrice de ‘Move For Art’ et Geneviève Dardanne, directrice de ‘Kreola’. Tour d’horizon sur leurs activités… [blockquote]Astrid Dalais: « Le vrai challenge est de convaincre les directeurs de l’intérêt de l’art »[/blockquote]
[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"1596","attributes":{"class":"media-image wp-image-1524","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"400","height":"500","alt":"Astrid Dalais"}}]] Astrid Dalais

Agence de communication événementielle et culturelle de Maurice, Move For Art combine à la fois stratégie et art. Cela donne parfois des résultats détonnants. Comme la fois où elle a confectionné une bouteille de 80 mètres de long pour les 50 ans de Phœnix, ou créé un décor en 3D avec un « video mapping » pour les 60 ans d’UBP. « Si Move For Art est basée à Maurice, elle développe aussi son activité à l’extérieur de l’île », souligne la directrice, Astrid Dalais. Cette dernière, diplômée de l’Institut universitaire technique de Montpellier et de l’École de publicité, rentre à Maurice et intègre le groupe hôtelier Naïade Resorts comme « Communication Manager ». Elle travaillera ensuite au palace parisien Park Hyatt Paris-Vendôme, puis au sein du groupe hôtelier mauricien Sun Resorts. C’est en 2008 qu’elle fonde son entreprise. « L’inauguration du complexe hôtelier Anahita à Maurice fut notre première prestation ». En 2011, elle participe à l’inauguration du nouveau bâtiment de la MCB à Saint-Jean. C’est en 2012, après la célébration des 40 ans du groupe IBL qu’Astrid et son partenaire Guillaume Jauffret décident de rentrer définitivement à Maurice. «Nous avons réalisé qu’il manquait une structure pour former et professionnaliser les artistes de l’île », avance notre interlocutrice. Le vrai challenge, indique-t-elle, est de convaincre les directeurs financiers de l’intérêt de l’art, non seulement pour communiquer à l’extérieur de l’entreprise, mais aussi à l’intérieur. « Il est important de comprendre les besoins, les valeurs et l’essence même de nos clients afin de les traduire artistiquement », dit-elle. Le dernier projet de Move For Art est  « Porlwi by Light » (Port-Louis par la lumière). Cet événement propose aux Mauriciens de découvrir l’histoire de leur capitale. Il se tiendra du 4 au 6 décembre 2015. [row custom_class=""][/row] [blockquote]Geneviève Dardanne: «Je capitalise sur le facteur humain»[/blockquote]
[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"1598","attributes":{"class":"media-image wp-image-1525","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"400","height":"500","alt":"Genevi\u00e8ve Dardanne"}}]] Geneviève Dardanne

Kreola a choisi de se positionner sur le marché des réceptifs. Et pour se distinguer, l’entreprise propose des packages novateurs, un « mix » entre les incontournables de la destination et des endroits typiques parfois méconnus. A titre d’exemple, dans certains packages, l’entreprise inclut la découverte de la gastronomie mauricienne chez l’habitant. Car Geneviève Dardanne capitalise sur le facteur humain « La vraie richesse de Maurice, c’est les Mauriciens», dit-elle. Son HSC en poche mais disposant de peu de moyens financiers pour entamer des études supérieures, Geneviève se lance sur le marché du travail. Sa maîtrise de l’italien, rare à l’époque, lui permet d’intégrer le groupe réceptif Concorde comme guide touristique. Au bout d’un an, Geneviève Dardanne rejoint Herbert Couacaud, le CEO du groupe Beachcomber, avec un poste de chargée de relation clientèle à l’hôtel Méridien. Elle travaillera ensuite dans plusieurs établissements tels que White Sand Tours et Hilton « Arrivée à un tel niveau de responsabilités, la seule évolution qu’il me restait était de devenir directrice d’hôtel ou d’être mutée à l’étranger. Mais j’ai choisi de privilégier ma vie familiale », affirme cette femme mariée et mère de deux enfants. S’appuyant sur son expérience et sur son réseau, elle choisit alors de créer sa propre entreprise. « J’ai débuté ma carrière dans le réceptif et je la finirai sans doute dans le réceptif », lance-t-elle avec le sourire. Cependant, elle souligne que le marché des réceptifs à Maurice est très compétitif et pour se démarquer de la forte concurrence, elle choisit de miser sur l’originalité et la convivialité. Pour cela, Kreola s’appuie sur un partenariat exclusif noué avec Exotismes, l’un des leaders européens du tourisme à destination des îles. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires de son entreprise est de Rs 114,6 millions alors que le nombre de salariés est passé de 15 à 57.
Related Article

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !