Live News

Les élections municipales pas pour 2021 : réactions de Shakeel Mohamed et de Joanna Bérenger

Le renvoi des élections municipales est inévitable. La date limite pour organiser les élections municipales est le 15 juin 2021. Cependant, vendredi, le Conseil des ministres est venu de l’avant avec une décision qui amendera la Local Governement Act.

Selon la Local Governement act, la date limite pour organiser les élections municipales est le 15 juin 2015, date à laquelle le mandat des conseils municipaux expire. L’amendement à la Local Governement Act devrait ainsi permettre une extension du mandat des conseils municipaux d’un minimum d’un an et d’un maximum de deux ans. Cet amendement sera présenté par le vice-Premier ministre et ministre des Collectivités locales, le Dr Anwar Husnoo, le mardi 11 mai, en première lecture à l’Assemblée nationale. Il s’agit d’une introduction en urgence et les débats devraient prendre fin avant la fin du mois. Dans les rangs du gouvernement, on n’exclut pas la possibilité que le Parlement siège un jour autre que le mardi, rien que pour voter cet amendement.

Au Bureau du Premier ministre, on explique que, vu la situation actuelle, il serait dangereux, voire « criminel » d’organiser les élections en juin 2021. La raison est que des cas positifs de Covid-19 sont toujours détectés dans la société et les rassemblements sont à éviter. Car, qui dit élections dit rassemblements publics : meetings, congrès et autres regroupements.

Un proche du Premier ministre confirme qu’une fois cette loi votée, le gouvernement prendra en compte la situation pour décider si le mandat des conseils municipaux sera étendu d’un an ou deux. Toutefois, si les élections sont organisées en 2023, le mandat expirera en 2029, soit durant la même année que le mandat des parlementaires. Ce serait, cependant, difficile d’organiser deux élections durant la même année. Mais on nous fait comprendre que c’est « la situation sanitaire qui dicte les décisions ».

Oomar Khooleegan, conseiller municipal de Port-Louis, abonde dans le même sens. « Ce n’est pas le moment d’organiser des élections. La Covid-19 est toujours là », affirme l’ancien lord-maire. Il ajoute qu’il y aura un renvoi une fois l’amendement voté.

Shakeel Mohamed, député travailliste : «Le contraire m’aurait surpris»

Pour le député de la circonscription Port-Louis Est/Port-Louis Maritime (no 3), c’est sans surprise qu’il a appris que la loi serait amendée. Shakeel Mohamed affirme qu’il s’agit d’une « stratégie politique », car le gouvernement veut que des projets, comme la ligne du métro à Quatre-Bornes, la gare Victoria, la phase 2 du Metro Express, entre autres, soient opérationnels avant d’organiser les municipales. « Le contraire m’aurait surpris, on devait s’attendre à une telle chose d’un gouvernement qui ne respecte pas la démocratie. La Covid-19 est une bonne excuse », affirme Shakeel Mohamed.

Joanna Bérenger, députée MMM : «Nous sommes prêts sur le terrain»

L’élue de la circonscription Vacoas/Floréal (no 16) affirme que le MMM se prépare sur le terrain depuis plusieurs mois. « Il ne restait qu’à attribuer les tickets. Sur le terrain, nous sommes prêts », explique Joanna Bérenger. Toutefois, elle est d’avis que le gouvernement devait donner l’assurance que les élections allaient se tenir une fois la situation sanitaire devenue stable.

  • Shell Fuels

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !