Economie

Les analystes craignent des mesures électoralistes en 2019

Les analystes craignent des mesures électoralistes en 2019

Le message du Nouvel An du Premier ministre laisse entrevoir un électoralisme dominant alors que les analystes sont pessimistes sur les perspectives économiques.

1. Sur les perspectives de l’économie mauricienne pour l’année 2019, êtes-vous...

Très optimiste 0%
Assez optimiste 40%
Assez pessimiste 53%
Très pessimiste 7%

Le pessimisme revient

Minoritaire en janvier 2018, le pessimisme revient majoritaire parmi nos analystes. Pour les optimistes, « there are some signs that economic activity will pick up this year backed by a rise in investment in line with several infrastructure projects being implemented », notamment par rapport au métro et aux Jeux des Iles. Mais les pessimistes soulignent que « other than construction, there are lots of uncertainty at international level, including Brexit which could impact several sectors ». Du reste, « most of our economic sectors are vulnerable ». Dans le secteur offshore, « the effect of the change in the Mauritius-India Double Taxation Avoidance Treaty is likely to be felt this year with the gradual closure of small firms ». Enfin, « because 2019 is an election year, we are sure to get some popular economic measures ».


2. Quelle est votre prévision du taux de croissance économique pour l’année 2019 ?

4,0% ou plus 7%
3,7% à 3,9% 37%
3,6% ou moins 57%

Nouvelle norme de croissance  

Selon Statistics Mauritius, le taux de croissance économique (Gross Value Added at basic prices) était de 3,6% en 2018 comme en 2017 et en 2016. Il restera à ce niveau, estiment 57% des sondés. Le taux de 3,6% deviendrait la nouvelle norme de croissance pour Maurice. Certains prévoient même un taux « lower than the last three years », pire « a growth rate of below 3% ». En tout cas, « official figures do not reflect the business and investment realities ». Ainsi, « if we adjust the weight of offshore flows, and the offshore sector generates lower income from lower capital inflows in 2019, there will be downside revisions to GDP growth ».


3. Quel taux de change de la roupie contre le dollar prévoyez-vous d’ici à la fin de l’année 2019 ?

Au dessus de Rs 35 37%
Entre Rs 34 et Rs 35 53%
En dessous de Rs 34 10%

Le dollar sous les Rs 35  

Comme au début de l’année dernière, le taux de change de la roupie contre le dollar oscille entre Rs 34 et Rs 35 en ce début de 2019. Il y restera d’ici à la fin de l’année, selon la majorité des analystes. Il existe deux forces opposées : si « in spite of Trump’s shenanigans, it would seem the disruption expected in April with the UK departure from the EU is likely to make the greenback stronger », en revanche « trade war with China may result in US dollar losing its safe haven currency status in the short term ». Quoi qu’il en soit, « since the Bank of Mauritius follows the managed float policy, it will ensure that the rate of exchange is more or less stable as it is the only tool it has to fight inflation ».


4. Vous attendez-vous à une hausse du Repo Rate au cours de l’année 2019 ?

taux repos

Pas de hausse du taux repo    

Il existe seulement 27% de chances que le taux repo augmente cette année. Car « given the generally contained inflationary pressures, the authorities are likely to maintain an accommodative monetary policy stance in the periods ahead, the more so that economic growth is still deeemed to be anchored on uncertain grounds ». De plus, « there is a mammoth lobby for cheap money ». Cependant, « continued interest rate increases in the United States can cause investors to shift funds out of emerging markets », et « if capital flows in Mauritius slow down more, we may see rupee depreciation, and this may prompt a higher repo rate ».


5. D’après vous, les dépenses de consommation durant les fêtes de fin d’année 2018 ont été…

PLUS fortes que d’habitude 40%
MOINS fortes que d’habitude 53%
Relativement FAIBLES 7%

Des dépenses moins festives  

Seulement deux répondants sur cinq ont observé des dépenses de fin d’année plus fortes que d’habitude. Selon eux, « there has been a lot of money in circulation boosting consumption », avec un « possible impact of minimum wage ». Pour d’autres, c’est très difficile à dire, car « we do not have credible consumer spending data like in other countries ». Reste que « we are moving out of a cycle where folks upgraded smart phones yearly ». Un analyste dit sentir que « the Mauritian consumer is feeling the chill and has been more cautious ».


6. Grâce à la gratuité de l’enseignement supérieur public, le nombre de chômeurs diplômés va…

chomeurs diplomes

Encore plus de chômeurs diplômés  

Trois sondés sur cinq craignent une hausse de chômeurs diplômés avec la gratuité de l’enseignement supérieur public. Cette « mesure complètement dérisoire » est susceptible « to lead to an expansion in the number of graduates, which is a good thing provided there are opportunities for the labour market to absorb these graduates, but this is doubtful ». Entre chômage et gratuité, « the linkages actually exist but are not that simple. Also, timelines matter. » Mais « the quality of teaching and research is also important ». Espérons que « plus de diplômés auront l’effet de maintenir le coût salarial et feront de Maurice une économie compétitive avec plus de création d’entreprises et d’emplois ».


7. Comment trouvez-vous la politique salariale du gouvernement par rapport au contexte économique ?

salaire

La politique salariale en porte-à-faux  

Il est possible qu’il y ait un réajustement de la relativité salariale par rapport au salaire minimum dans le secteur public, et que le prochain PRB soit appliqué en 2020 au lieu de 2021. Pour 87% de sondés, ce serait là une politique inappropriée, voire inquiétante. Car « these measures are likely to increase the national debt burden » alors que « cela doit aller de pair avec une hausse de la productivité et une baisse des emplois improductifs dans le secteur public ». Sinon, « any upward salary adjustment not linked to an increase in productivity will be inflationary ». On parle de « bribe électoral », déplorant que « as elections are approaching, political measures take precedence ».


8. Un alignement de la pension de vieillesse sur le salaire minimum national serait…

retraites

Les retraités ne travaillent pas  

Une très grande majorité d’analystes trouvent illogique d’aligner la pension de vieillesse sur le salaire minimum national. Il est un fait que « Basic Retirement Pension has no relationship with minimum salary ». D’ailleurs, « the rule of thumb is that one retires on two thirds of last salary. In that case, why should there be parity between the two? » Ce qui est aussi qualifié de « bribe électoral » aurait du bon sens « provided that it is accompanied by some form of targeting ». Il reste néanmoins « illogique parce que financé par le budget de l’Etat, et non par capitalisation ». En effet, « it is another question whether we can afford it ».

Enquête d’opinion réalisée par PluriConseil du 7 au 9 janvier  2019 auprès d’un échantillon représentatif de 30 analystes économiques et financiers.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !