Actualités

Les abris placés sous le NCC : les employés crient à la privatisation

Atma Shanto

Les employés des abris qui tombent sous l’égide du National Children’s Council (NCC) se sont tournés vers leurs représentants syndicaux pour faire part de leurs doléances. Atma Shanto du Front des Travailleurs Unis, porte-parole du syndicat a, lors d’une rencontre avec la presse, dénoncé ce qu’il qualifie de tentative de privatiser des abris, notamment L’Oasis, La Colombe et Marguerite qui accueillent la majorité des enfants qui se retrouvent sans foyer. 

Selon Atma Shanto, le ministère de l’Égalité des genres, du développement de l’enfant et de la protection de la famille a récemment lancé un appel d’offres aux organisations non-gouvernementales pour la gestion de ces centres d’accueil. « Il est clair que les Ong sont des organismes privés, qu’adviendra-t-il des employés qui sont régis par le Pay Research Bureau», se demande Atma Shanto. Il est d’avis que toute privatisation a des conséquences négatives pour les employés, allant de la perte d’emplois au changement de conditions de travail. C’est pour cette raison qu’il a adressé une correspondance au ministère du Travail pour demander au ministre Soodesh Callichurn d’intervenir. Il réclame la révocation de la décision de privatiser les abris. 

Atma Shanto a également soulevé des cas de non-respect des conditions de travail dans les centres d’accueil. Il évoque notamment les retards pour le paiement des heures supplémentaires et des jours de congé non remboursés, entre autres.


Que des rumeurs pour le moment

Un membre du NCC  précise que, pour le moment, il n’est pas question de privatisation. Ce n’est que le gestionnaire qui change. Toutefois, cette décision reviendra au ministère de tutelle. Notre source explique également que le gouvernement doit avoir ses propres abris. « Que se passera-t-il si nous recueillons un enfant tard le soir, irons-nous frapper aux portes des Ong ? »  En ce qui concerne les allégations de non-respect des conditions de travail, le membre du NCC nous explique que c’est sous ce mandat que les employés ont reçu le paiement des heures supplémentaires. Ils ne bénéficiaient pas de ces avantages dans le passé, dit cette source.


Rita Vencatasawmy : «La priorité reste le bien-être des enfants»

Contactée pour une réaction sur une possible ‘privatisation’ des centres d’accueil pour mineurs, l’Ombudsperson for Children explique qu’il y a eu un exercice d’appel d’offres pour la gestion des abris par les Ong. « Peut-être que l’appel d’offres a été concluant. Les personnes au sein du conseil d’administration du NCC sont conscientes que la loi ne leur donne pas un mandat clair sur le plan légal pour gérer les abris. Toutefois, il y a eu dans le passé des procédures administratives pour permettre au NCC de gérer de manière provisoire les centres d’accueil pour mineurs. Si le ministère veut confier la gestion aux Ong, il peut le faire », affirme Rita Vencatasawmy. L’Ombudperson for Children ajoute que «la priorité reste cependant le bien-être des enfants». « La CDU, à travers la ‘Alternative Care Unit’, assure un service de qualité avec de nombreuses inspections. Le bureau de l’Ombudperson fait lui aussi des inspections régulières », dit-elle.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !