Xplik ou K

Lenteur administrative déplorée : ceux qui attendent toujours une aide sociale

Aide Social

Depuis plus d’un mois, les cas enregistrés à la Sécurité sociale sont au point mort. Ceux qui sollicitent l’aide du ministère se heurtent souvent à des difficultés dans leurs démarches. Raison pour laquelle ils se tournent vers Xplik ou K. Malheureusement, les sollicitations de la rédaction auprès de différentes instances restent sans développement. 

Chandinee, 21 ans, habitant Henrietta

Cette mère de famille de trois enfants a subi une intervention chirurgicale à l’œil droit en février 2017. Elle explique qu’elle commence peu à peu à perdre la vue. « Je ne vois plus de l’œil droit. C’est un handicap, car il faut toujours qu’on m’accompagne quand je me déplace. Je n’arrive pas à travailler. C’est pour cette raison que j’ai fait une demande pour une pension d’invalidité auprès du ministère de la Sécurité sociale jusqu’à ce que je sois guérie, car ma prochaine opération est prévue dans quelques mois.

Entre-temps, le salaire de mon mari n’est pas suffisant et nous sommes confrontés à des difficultés financières. Il m’arrive de ne rien avoir à donner à manger à mes enfants. Cela me perturbe. » Un mois après s’être présentée au Medical Board de la Sécurité sociale, on l’a informée que sa demande avait été rejetée. Ne sachant plus quoi faire, Chandinee s’est tournée vers l’équipe d’Xplik ou K. La rédaction a ensuite sollicitée l’instance concernée, mais celle-ci ne nous a pas donné de réponse et ce, depuis le 27 novembre.

Jean, un retraité habitant Trou-d’Eau-Douce

Ce retraité a un fils de 30 ans qui souffre d’un trouble chiatrique depuis 2001. Ce dernier percevait une pension d’invalidité pendant six ans, mais cet argent ne lui est plus versé depuis novembre. « Quand je me suis rendu à la Sécurité sociale, les officiers m’ont dit que la pension avait été coupée parce que mon fils ne s’est pas présenté à son rendez-vous devant le Medical Board. Le problème c’est que je n’ai jamais reçu de lettre m’informant qu’il avait rendez-vous. Mon fils suit des traitements à l’hôpital Brown Sequard.

Son médecin traitant a évalué son handicap à 70 %. Je me suis rendu à la Sécurité sociale. Les officiers m’ont dit qu’il faudra que j’attende six mois avant de lancer les procédures d’appel. Cela devient compliqué, car j’ai beaucoup de dépenses pour m’occuper de mon fils. Ma pension ne suffit pas », confie ce père inquiet. Cela fait plus de dix jours que le dossier de Jean a été référé au ministère de la Sécurité sociale et toujours aucune réponse.

Afizah, 53 ans, habitant Port-Louis

Afizah a plusieurs soucis de santé : elle a un problème au niveau de la colonne vertébrale, elle est diabétique, elle souffre d’hypertension, ses genoux et ses chevilles sont complètement bloquées… C’est avec beaucoup de difficultés qu’elle s’est déplacée pour se rendre dans les locaux du Défi Media Group. La Portlouisienne percevait une pension d’invalidité depuis dix ans, mais cela fait trois mois que la Sécurité sociale ne lui verse plus cet argent.

« Je me suis rendue au bureau de la Sécurité sociale, mais les officiers m’ont demandé de revenir l’année prochaine. J’ai un fils de 31 ans qui a des troubles psychologiques. Ce n’est pas facile pour moi de m’occuper de lui. J’ai beaucoup de dépenses avec les médicaments et je compte sur l’aide financière de l’État pour subvenir à nos besoins », explique la veuve. La rédaction d’Xplik ou K s’est tournée vers le ministère  le 28 novembre pour avoir plus d’informations, mais en vain.

Sami, 53 ans, habitant Roche-Bois

Cet homme a eu un accident de travail en 2007. Son médecin traitant lui dit qu’il ne pourra pas travailler. Il lui a remis un certificat médical. Sami avait fait deux appels auprès de la Sécurité sociale pour bénéficier d’une pension d’invalidité, mais sa requête a été rejetée. Le ministère a toutefois accept de lui verser une aide sociale. « En janvier dernier, j’ai reçu une réponse de la Sécurité sociale me disant que ma pension d’invalidité avait été approuvée. Mais on me demande de rembourser l’argent que j’ai touché pour l’aide sociale.

Je ne comprends pas pourquoi, car c’est le ministère qui m’a offert cette aide. Je ne travaille pas. Je compte uniquement sur l’argent que je touche de la Sécurité sociale pour vivre. Je ne sais pas où trouver l’argent pour rembourser la somme que je percevais de la Sécu. Je me suis tourné vers Le Défi Media Group pour trouver une solution à mon problème. C’est la dernière porte que je frappe », explique Sami. Sa plainte a été transmise il y a plus de deux semaines, mais toujours aucune réponse du ministère concerné.