Live News

L'ensemble des avoirs des élus n'a pas été communiqué car les provisions de la loi sont limitées, selon Beekarry 

L’ensemble des avoirs des élus n’a pas été communiqué car les provisions de l’Article 7 sont limitées. C'est en substance ce qu'a déclaré le directeur général de l'Independent Commission Against Corruption (Icac), Navin Beekarry, ce jeudi 16 janvier, au lendemain de la publication des avoirs des élus et anciens parlementaires (sur deux mandats).

Navin Beekarry répondait aux questions de la presse suite à un «work-shop» organisé par Transparency International et sa branche locale intitulée «workshop on the role of accountants and real state agents in the fight against money laundering» ce jeudi matin. C’était à l'hôtel Voilà, à Bagatelle.

Le DG de l'Icac affirme que, selon la Declaration of Assets Act, l’obligation de divulguer ces informations au public «est limitée car elle définit quels sont les biens qui peuvent être divulgués ou pas». 

« Noune bizin pran bann deklarasion ki sak dimunn inn fer, etudie zot ek lerla transpoz tou bann asset ki dapre la lwa gagn drwa diskloz dan la press», explique-t-il.

Navin Beekarry souligne aussi que les informations qui ont été publiées sur le site de l’Icac sont les déclarations des biens de ceux qui sont concernés par la loi, en particulier l'article 7 de la Declaration of Assets Act, qui définit quels sont les avoirs qui peuvent être divulgués ou pas. 

Selon Navin Beekarry, la Declaration of Assets Act, est une grande première «dans l’évolution de la lutte contre la corruption, le blanchiment d’argent et l'illicit finance». Il parle d’une loi «avant-gardiste». 

A une question de la presse sur une éventuelle publication de la valeur des biens des élus, Navin Beekarry affirme que la loi est appliquée.

«Me pou deside ki kalite dimoune pour metter ki kalite dibien pou metter etc, se ban decideur politik ki kave decider, pas nou», dit-il.

Pour la première fois à Maurice, les biens des députés ont été partiellement rendus publics par l’Icac. Cette divulgation des avoirs découle de l’adoption de l’amendement apporté en 2018 à la Declaration of Assets Act. Précédemment, les élus devaient tout simplement déposer la liste de leurs avoirs à l’Icac qui n’avait pas le droit de divulguer ces informations.

L’exercice n’est cependant qu’un dévoilement partiel, car les contenus des comptes en banque, les bijoux et autres métaux précieux, ni la valeur réelle des biens restent secrets. Les avoirs partiels des conseillers municipaux et villageois vont également être rendus publics cette semaine. Par contre, la loi n’autorise pas la divulgation des biens des hauts fonctionnaires et responsables d’organismes parapublics.

>> A lire aussi : Élus du peuple : leurs biens partiellement dévoilées : https://defimedia.info/elus-du-peuple-leurs-biens-partiellement-devoilees

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !