Actualités

Législatives 2019 : plusieurs élections contestées depuis 1948

C’est la 6e fois que des actions de contestation ont cours dans le pays depuis les élections de 1948. Les pétitions du PTr/MMM/PMSD seront examinées par la Cour suprême pour la première fois le 9 décembre. 

Selon Jugdish Joypaul, journaliste et observateur politique, c’est la deuxième fois qu’une pétition électorale prend une telle ampleur après celle de 1991. « En 1991, Navin Ramgoolam avait été élu, mais son parti avait perdu les élections générales. L’ancien PM avait laissé entendre que ces élections l’avaient laissé perplexe. Deux urnes avaient été retrouvées dans des champs de canne. Plusieurs bulletins avaient été examinés, mais cela n’avait pas changé grand-chose », a-t-il expliqué. 

Jugdish Joypaul souligne qu’en 1948, année de la première pétition électorale, le Ralliement Mauricien avait demandé la vérification des bulletins dans une circonscription. « Il y a eu un ‘recount’, qui n’avait rien changé », a-t-il dit. Il ajoute qu’en 1953, le Ralliement Mauricien avait déposé une motion en Cour suprême. « C’est après 13 jours que la Cour suprême l’avait examinée. Guy Rivalland, élu dans la circonscription en question, avait perdu sa place après le ‘recount’. Il avait été élu avec une avance de neuf voix, mais après vérification des bulletins, les officiers avaient noté des erreurs. Francis Chadien avait ainsi été élu après l’exercice », fait-il comprendre.  

Quid du cas d’Ashock Jugnauth en 2005 ? Selon Jugdish Joypaul, il reste le seul député à avoir été disqualifié. « Une pétition électorale avait été logée pour contester son siège. Il n’était pas question d’un recomptage, il s’agissait d’une fraude électorale » a-t-il dit. Il évoque aussi le cas Seedoo/Bistoquet lors des élections municipales du 10 décembre 2012. Antonio Seedoo (MSM/MMM), avec 3059 voix, avait alors obtenu gain de cause après le ‘recount’. Martine Bistoquet (PTr/PMSD) comptait elle 3056 voix.

Le front PTr/MMM/PMSD réclame ainsi un ‘recount’ dans les circonscriptions nos. 1, 9,13,14,15, 17 et 19. Le PTr demande que les résultats à Moka/Quartier-Militaire où le Premier ministre Pravind Jugnauth a été élu, et à Montagne-Blanche/GRSE, où Navin Ramgoolam a été battu, soient déclarés « nul and void ».

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !