Live News

Le traditionnel versus le numérique : en quête d’amour à l’ère des réseaux sociaux

Aimer et être aimé, c'est le désir le plus profond de la majorité d’entre nous. Toutefois, il faut pouvoir trouver la personne avec qui vivre cet amour avec un grand A. Comment se rencontrer, se reconnaître, bâtir une relation amoureuse heureuse, et si possible durable ? Si auparavant, les parents se chargeaient de trouver le partenaire idéal pour leur progéniture, les mœurs ont évolué laissant place à la technologie qui agit comme entremetteuse moderne.

Quelques décennies de cela, à l’époque où nos grands-parents devaient se marier, c’était dans la majorité des cas des mariages arrangés. Soit par des membres de la famille ou des connaissances ou des amis qui agissaient comme entremetteurs pour faire le pont entre la famille d’une femme et celle d’un homme en âge de se passer la corde au cou. Cependant, au fil des générations, les choses ont commencé à évoluer.

Swatee Cunniah : «J’avais pris le portable de mon père et je lui ai envoyé un message en lui demandant de deviner qui j’étais. Il a tout de suite répondu Swatee»

swatee
Swatee Cunniah a eu le coup de foudre lors de sa première rencontre avec celui qui allait devenir son époux.

Un grand nombre de personnes  ont trouvé l’amour là où elles s’attendaient le moins. Dans des fêtes, mariages, anniversaires entre autres. Tout d’un coup, elles ont été touchées par la flèche de cupidon. Swatee Cunniah en fait partie. C’était en 2007 lors du mariage de son cousin. « La veille du mariage, ma cousine m’a dit qu’il y a un garçon qui me regardait depuis longtemps. J’ai jeté un coup d’œil. Le jour du mariage, il n’était pas là. Puis, le jour de la réception, il m’a encore regardé. On ne s’est pas parlé du tout », se souvient la jeune femme d’une trentaine d’années.

C’est bien plus tard que son cousin lui dit que son admirateur voulait avoir son numéro de portable, en ajoutant que le garçon était quelqu’un de bien. Sauf qu’à cette époque, Swatee Cunniah  n’avait pas de portable. Quelques jours plus tard, elle décide d’envoyer un message à son soupirant. « J’avais pris le portable de mon père et je lui ai envoyé un message en lui demandant de deviner qui j’étais. Il a tout de suite répondu Swatee », relate notre interlocutrice. 

C’est ainsi que les deux tourtereaux commencent à s’échanger régulièrement des messages. Une semaine plus tard, ils se sont donné rendez-vous pour la première fois et c’est là que la magie de l’amour a opéré. « Il était timide, contrairement à moi. Cela a été le coup de foudre. Cela fait 13 ans maintenant qu’on se connaît et six ans depuis qu’on s’est dit oui », dit Swatee Cunniah. De leur union sont nés deux fils. L’amour est comme au premier jour pour les deux.

Nassiha Kadeer : «Nous avons commencé à échanger nos premiers messages sur messenger, C’est de là que tout a commencé»

nassiha
Nassiha Kadeer a rencontré l'âme soeur sur les réseaux sociaux.

Dans cette nouvelle ère où la technologie règne en maître, il y a aussi des personnes qui trouvent leur âme sœur en quelques clics. Nassiha Kadeer, la vingtaine, a rencontré celui qui est aujourd’hui son époux sur les réseaux sociaux. Le destin fait bien les choses. C’est en 2013 qu’elle voit son époux pour la première fois. Cependant, rien ne présageait qu’ils allaient un jour s’unir.

« Si je l’avais vu en 2013, ce n’est qu’en 2015 que j’ai vu son profil avec sa photo sur Facebook. Ce qui m’a fait penser que je l’avais déjà vu. Je lui ai donc envoyé une demande d’ami qu’il a acceptée. Il a commencé à aimer mes photos etc. Puis, nous avons commencé à échanger nos premiers messages sur messenger. C’est de là que tout a commencé », se remémore-t-elle.

Depuis, elle vit une romantique histoire avec l’élu de son cœur. Les messages se multiplient à toute heure de la journée comme la nuit. Ensuite, Nassiha et son beau se parlent au téléphone pour ensuite basculer sur Whatsapp. « Il m’a fait sa proposition le 21 octobre 2015 et nous nous sommes finalement rencontrés le 28 octobre. Il a encore une fois fait sa demande avec un gros bouquet de roses rouges. J’ai dit oui ! », dit notre interlocutrice. 

Le couple s’est uni civilement une année plus tard, soit le 31 octobre, jour de l’anniversaire de l’amoureux de Nassiha, et religieusement le 23 juillet 2017. « Je le connais depuis cinq années, il rend ma vie meilleure et fait de mes rêves une réalité. Merci aux réseaux sociaux, nous nous sommes rencontrés et une belle relation a vu le jour », relate Nassiha qui ajoute qu’ils s’aiment passionnément et sont les meilleurs amis. 

Swatee Ramgoolam-Mooloo : «Le site vous met en contact avec des personnes qui répondent à vos critères. Mon profil allait avec celui d’un collègue»

mooloo
Le couple Mooloo s’est rencontré sur un site matrimonial.

Autre phénomène qui prend de l’ampleur dans la quête de l’amour : les sites de rencontres. La trentaine, Swatee Ramgoolam-Mooloo a rencontré celui qui allait être son époux en ligne. « Au fait, à l’âge de 27 ans, ma famille commençait à me mettre de la pression pour que je me marie. Chaque weekend, mes parents amenaient des propositions de mariage pour moi. Des garçons sont venus me voir. Je n’étais pas d’accord avec cette pression et cela me frustrait », déplore la jeune femme. 

C’est comme ça qu’elle prit la décision de chercher elle-même son prince charmant.  Elle voulait quelqu’un avec qui elle aurait des affinités. Elle s’est donc enregistrée sur un site matrimonial. « Le site vous met en contact avec des personnes qui répondent à vos critères. Mon profil allait avec celui d’un collègue, je ne savais pas qu’il cherchait aussi une fille. Comme il était mon collègue, je le connaissais un peu. On s’est rencontrés pour discuter. Et de là on a pris la décision de se marier », indique la trentenaire.

Au départ, Swatee Ramgoolam-Mooloo avait mis les points sur les i.  Elle voulait une relation sérieuse en vue de mariage et pas de flirt car elle n’était pas amoureuse. Les deux apprennent à mieux se connaître pendant six mois avant de se passer la corde au cou. « La première fois que j’ai attrapé sa main, c’était le jour de notre mariage. L’amour est venu après le mariage », souligne cette dernière qui aujourd’hui est heureuse aux côtés de son époux et de leur fils. 

Nishina Dewnath : «On s’est parlé en tant qu’amis pendant un mois. On a tous deux fait notre demande en même temps»

nishina
Nishina Dewnath s'est récemment fiancée.

Pour trouver le vrai amour, il y a des personnes qui préfèrent des rencontres en chair et en os que virtuelles, ne faisant pas confiance aux amourettes en ligne. C’est le cas de Nishina Dewnath. Mère célibataire, elle a rencontré celui qui deviendra bientôt son époux lors d’un mariage l’année dernière. Son amoureux est également père célibataire. Ils se sont plus au premier regard et se sont liés d’amitié. 

« On s’est parlé en tant qu’amis pendant un mois. On a tous deux fait notre demande en même temps », rigole Nishina Dewnath. Elle avoue que cela fait un an depuis leur rencontre et qu’il y a eu des hauts et des bas. Mais comme toujours l’amour finit par triompher. 

Cette mère d’un garçonnet affirme qu’avec son fiancé, ils vont se passer la bague au doigt cette année. « Le moment où je l’ai vu, j’ai su que c’était lui », lance Nishina Dewnath. Les deux tourtereaux s’attellent aux préparatifs pour leur union qui aura lieu prochainement.


Les sites de rencontres en vogue

Les rencontres sur Internet se sont démocratisées jusqu'à devenir aujourd'hui incontournables. De plus en plus spécialisés, les sites de rencontres permettent de rapprocher des personnes qui ont les mêmes aspirations, mais qui n'auraient peut-être jamais eu l'occasion de faire connaissance autrement. Ils rassemblent les célibataires en fonction de leurs affinités, leurs loisirs, leur métier ou encore leur alimentation. Internet lève les barrières de la distance et du temps offrant ainsi la possibilité de trouver l'amour partout, n'importe quand.


Révolu est le temps des… bolfam parasol

Le sociologue, Rajen Suntoo précise que c’est un fait qu’auparavant les parents prenaient comme tâche de choisir le partenaire idéal pour leur fille ou fils. Pour cela, l’apport des bolfam parasol et des agwa qui agissaient comme entremetteurs était de mise. « Avec le temps, il y a une modernisation de la société. Les enfants prennent les décisions qui les concernent de façon individuelle », poursuit le sociologue. Il ajoute que de nos jours, ce sont des amis et des collègues qui ont une certaine influence sur une personne dans cette recherche du grand amour.


Agences matrimoniales comme coup de pouce

Il y a toujours et encore de nombreux Mauriciens qui ont recours à des ‘agwa’ modernes que sont les agences matrimoniales pour trouver la perle rare. « Les familles se dédouanent de la responsabilité de trouver un partenaire pour leur proche. Cela est dû au fait que des mariages ne marchent plus et les cas de divorce ne cesse d’augmenter », explique Chandni Sookun, gérante de Meetmequick. 

Cela fait 14 ans qu’elle est dans ce domaine. Chandni Sookun précise que ce sont surtout des professionnels qui frappent à sa porte. Comment trouver l’amour à travers une agence ? À cette question, elle répond qu’il faut prendre un abonnement et remplir une fiche avec les critères et détails de ce que l’on recherche dans un partenaire. « Nous faisons des matching avec des profils que nous avons. Si on voit que deux fiches sont compatibles, on arrange un rendez-vous en tête-à-tête entre la femme et l’homme. Il n’y a rien de virtuel », souligne-t-elle. 

Les deux personnes qui cherchent l’âme sœur communiquent et s’il y a affinités et plus, souvent ils décident de s’engager à travers le mariage. « Si ces personnes nous sollicitent, ce n’est certainement pas pour flirter mais pour vraiment trouver la personne avec qui elles pourront passer le reste de leur vie », indique Chandni Sookun.

Quant à Gerard Bibi, directeur de Matri2000 Agence depuis une vingtaine d’années, affirme que ce sont surtout des personnes qui ont des blocages qui font appel aux agences matrimoniales. « Ce sont souvent des personnes hautement qualifiées mais qui n’ont pu avoir un épanouissement sentimental », lance notre interlocuteur. 

Ainsi, ces personnes ont besoin d’un coup de pouce pour trouver une personne compatible pour se passer la corde au cou. Toutefois, il dit qu’il faut faire preuve de patience. Les choix sont illimités et cela demande du temps avant de trouver la personne idéale. Dit-il, « une agence matrimoniale n’est pas une promesse de mariage. C’est surtout une agence de recherche ».

Gerard Bibi pense également qu’il est important de faire comprendre aux jeunes le fonctionnement du mariage et comment faire pour bâtir un couple solide qui résiste à l’usure du temps. Il donne ainsi des cours de mariage en groupe et c’est important de suivre ce genre de formation.

Les qualités recherchées 

Bon travail 

Éducation 

Maison 

Voiture 

Sécurité matérielle et financière

Tranche d’âge 

25 ans à monter


Sadasiven Coopoosamy : «Il faut s’aimer soi-même»

sadavisenChaque génération a ses coutumes, traditions et rituels. Tels sont les propos du psychologue, Sadasiven Coopoosamy. « Si auparavant, les parents exerçaient leur autorité absolue sur leurs enfants, les poussant vers des mariages arrangés. Aujourd’hui, c’est un tout autre fonctionnement », indique notre interlocuteur.

Selon lui, ce sont les jeunes eux-mêmes qui prennent les importantes décisions de leur vie. « Pour trouver l’amour, ils tombent dans la facilité. Ils essayent de trouver l’amour avec les nouveaux outils technologiques », indique le psychologue.

Sadasiven Coopoosamy ajoute néanmoins que pour une relation amoureuse soit durable et stable, les deux partenaires doivent avant tout s’aimer soi-même. « On ne peut pas aimer correctement quelqu’un et demander à l’autre de nous aimer correctement sans s’aimer soi-même. Il est important d’apprendre à se suffire avant tout », indique ce dernier. 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !