Live News

Le souhait des citoyens engagés pour le pays 

Sur les réseaux sociaux, dans la rue, dans divers médias, ils ont été actifs l’année dernière. Et en cette nouvelle année, ces citoyens engagés entendent poursuivre leur combat. Ils rêvent d’une île Maurice meilleure.


Dev Sunnasy

Dev Sunnasy : « Rétablir la démocratie »

Secrétaire de 100 % Citoyens et président de l’ONG SmartCitizen, Dev Sunnasy confie que son souhait en cette nouvelle année, c’est que la démocratie soit rétablie à Maurice. Pour ce faire, souligne-t-il, « il faut enlever les lois bancales qui portent préjudice au développement naturel du pays ». 

En sus, il est d’avis que les lois mauriciennes doivent être moins conservatrices. Et, surtout, que les règles de droit s’appliquent à tous. « Un ministre qui a failli dans ses tâches et responsabilités doit pouvoir être puni par la loi. L’ICAC doit être neutre afin que de vraies enquêtes puissent être menées parce que, rappelons-le, ils sont payés par l’argent du public. Si les enquêtes sont compromises, le judiciaire ne sera pas en mesure de prendre la décision appropriée. Le judiciaire doit avoir plus de poigne. »

Dev Sunassee espère d’autre part une année où les Mauriciens pourront à nouveau respirer sans crainte. « J’espère que la situation pandémique va s’améliorer car la population étouffe. Ce n’est pas évident pour les jeunes d’apprendre en ligne, idem pour ceux qui sont en télétravail. Les gens n’arrivent pas à être actifs socialement. Les gens doivent pouvoir se réunir et vivre pleinement. » 


Jahmeel Peerally
 

Jahmeel Peerally : « Il est temps de prendre en main l’avenir des enfants dans le besoin »

C’est une bataille qu’il mène depuis 20 ans. Et il espère qu’en 2022, le bien-être des enfants dans le besoin sera enfin une priorité. Car déplore le travailleur social Jahmeel Peerally, la réalité sur le terrain n’est pas prise en considération par les autorités concernées. 

Stop aux fausses promesses, lance-t-il. Jahmeel Peerally demande des actions concrètes pour améliorer la situation des enfants en milieu précaire. « Je veux du concret. Il y a beaucoup à faire au niveau des enfants à Maurice. Certes, il y a l’éducation gratuite, mais il faut revoir la qualité de l’éducation dispensée. Par exemple, le côté créatif n’est pas exploré dans les écoles. »

Il relève aussi les contradictions. « On parle de l’apprentissage en ligne ou de faire de Maurice un hub informatique pour l’Afrique, mais dans certains cas, des enfants n’ont même pas les besoins essentiels dans leurs maisons. Cela les freine dans la vie de tous les jours », fait remarquer Jahmeel Peerally.

Ainsi, pour lui, il est temps de prendre l’avenir de ces enfants en main. « Je rêve d’un pays où ces enfants auront des besoins essentiels pour être des adultes épanouis et j’espère qu’en 2022, on trouvera la lumière au bout du tunnel. »


Patrick Belcourt
 

Patrick Belcourt : « Que nos dirigeants mettent la partisanerie de côté »

Il n’a qu’un souhait pour 2022. Que le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, démissionne. Patrick Belcourt, leader du parti En Avant Moris, s’explique.

« Avant d’être un homme politique, je suis un parent comme beaucoup d’autres. Après tous les scandales liés à la fourniture des équipements et médicaments, au pillage de nos réserves à la Banque centrale, pourrons-nous convaincre tous ceux qui nous examineront dans la perspective de l’Histoire que le gouvernement a assuré la meilleure gestion de la crise sanitaire qui a mis à genoux notre pays ? » s’interroge-t-il.

C’est la raison pour laquelle Patrick Belcourt estime qu’avec la démission du ministre de la Santé, sans que le Premier ministre n’y fasse obstruction, « ce serait pour nos professionnels de la santé et tous ces frontliners qui risquent leur vie, un signal fort que le gouvernement et l’opposition sont disposés à mettre de côté la partisanerie politique qui est à l’origine de tous les scandales qui sont survenus ». 


Reuben Pillay :

Reuben Pillay : « Nettoyer notre pays de la corruption »

Il faut que les vrais responsables de la marée noire rendent des comptes devant la justice. C’est, affirme Reuben Pillay, son premier souhait pour l’année en cours. « Le capitaine du MV Wakashio et son second ont été condamnés. Ils sont responsables du naufrage certes, mais nullement de la marée noire contrairement à ceux qui n’ont rien fait pendant 12 jours ! »

Reuben Pillay évoque, dans la foulée, les nombreux cas de corruption mis au jour l’année dernière. « J’espère que justice sera faite et que le pays sera nettoyé de toute cette corruption car ses tentacules s’étendent au plus haut niveau. En cette nouvelle année, il est impératif de nettoyer le pays. » 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !