Live News

Le périple musical de Linzy Bacbotte

  • Sa tournée mondiale a duré six mois

En raison du protocole sanitaire en vigueur dans le sillage de la Covid-19, le concert national que prévoyait Linzy Bacbotte le 5 novembre dernier pour ses 35 ans de carrière a été annulé. Cependant, elle s’est finalement offert la tournée de ses rêves en se produisant à l’étranger en commençant par les Seychelles. 

Elle a à peine défait ses valises qu’on lui demande de déballer ses sentiments. Linzy Bacbotte rentre d’une tournée de six mois à l’étranger. Sa toute première tournée internationale d’une telle envergure. 

« Faire une telle tournée n’est pas donné à tout le monde. J’ai été chanceuse de pouvoir le faire dans le cadre de mes 35 ans sur scène. C’était une opportunité qui est tombée à pic », s’exprime celle qu’on surnomme « The Diva of Mauritius ».

De son expérience riche en émotions, la chanteuse retient l’image d’une diaspora mauricienne soudée. « La diaspora mauricienne est une grande famille. Ils sont solidaires, pas qu’entre eux, mais aussi envers les artistes mauriciens notamment Bigg Frankii, Mr Love, Madii Madii, entre autres. » Linzy Bacbotte dit en avoir témoigné lorsque leurs routes se sont croisées à l’étranger. 

« Peu importe le pays dans lequel nous nous trouvions, que ce soit en Europe, au Canada ou encore à l’autre extrémité du monde en Australie, le quadricolore flottait, le kreol morisien résonnait et notre culture mauricienne était bel et bien représentée. La chaleur humaine des Mauriciens a réchauffé les cœurs, même dans les pays les plus glacials », affirme l’artiste au rire et au sourire contagieux. 

Selon Linzy Bacbotte, l’entourage de la diaspora joue un rôle important dans la préservation de la culture mauricienne. « Cela fait chaud au cœur de voir pas seulement la diaspora mauricienne, mais aussi la présence de leurs enfants, beaux-parents, belles-filles, beaux-fils qui n’ont pas forcément un lien direct avec la communauté mauricienne, mais qui sont tout de même d’un très grand soutien. C’est tellement beau de voir des enfants de la diaspora nés à l’étranger chanter en kreol morisien ou même danser le séga. » 

Elle estime que c’est pour cette raison que les artistes mauriciens ont l’opportunité de se produire sur la scène internationale. « La diaspora a su conserver ses racines et transmettre son amour pour la culture mauricienne. C’est pourquoi j’ai toujours tenu à les remercier lors de mes discours pendant la tournée. » 

Et de partager une anecdote amusante qui remonte en décembre 2022 lors de sa prestation en Australie. « C’est mignon et ça fait plaisir de voir sous ses yeux un enfant de 5 ans, né en Australie, se disputant avec Google en insistant : ‘He Google, met Natty Gong Bat dan la tet’ », lâche-t-elle en éclatant de rire. 

Linzy Bacbotte en est persuadée : cette créolité et ce mauricianisme sans frontières permettent aux Mauriciens à l’étranger de trouver un réconfort loin de leur pays natal.

Ses anecdotes

The Loft Session avec Otentik Groove 

linzy
« The Loft Session » en Belgique a été, pour Linzy Bacbotte, l’occasion de redécouvrir ses compères d’Otentik Groove.

L’expérience passée en compagnie de Jason Heerah et le groupe Otentik Groove en Belgique lui a permis de redécouvrir ses collègues qu’elle côtoie depuis plusieurs années. 

« Nous avons passé tout le mois de juillet ensemble dans le cadre du projet “The Loft Session”. Cela m’a donné l’occasion de les redécouvrir sous une nouvelle facette. Le fait d’être constamment ensemble, matin, midi et soir, nous a beaucoup rapprochés », partage la chanteuse.

« Met dife ladan, Toronto » 

linzy
Linzy Bacbotte a fait vibrer la diaspora mauricienne, des plus petits aux plus grands, à Mississauga, Toronto.

Moments de fortes émotions à Toronto. Linzy Bacbotte se remémore notamment son concert à Mississauga, le 6 août dernier, qui a nécessité l’intervention des… pompiers ! 

« À un moment donné, une alerte incendie s’est déclenchée en plein concert. On a tellement assuré l’ambiance avec la diaspora mauricienne à Toronto que la fumée se dégageait de la pièce ! » lance-t-elle dans un éclat de rire. « C’était une soirée mémorable. La fête a repris de plus belle, avec les pompiers qui se sont joints à nous par la suite ! »   

Un accueil digne d’une reine à Montréal  

linzy
À Montréal, la diva a été accueillie telle une reine.

Linzy Bacbotte confie avoir été particulièrement touchée par l’accueil digne d’une reine qui lui a été réservé à Montréal, le 27 août dernier. « Malgré les hauts et les bas, ils ont tous répondu présent pour célébrer cette étape importante de ma carrière. À Montréal, ils m’ont accueillie dans une calèche comme une vraie princesse. Et, moi qui suis à fleur de peau, je me suis mise à pleurer toutes les larmes de mon corps. J’étais extrêmement émue », révèle-t-elle.

Retrouvailles avec la famille en Italie

Son voyage en Italie a été synonyme de retrouvailles avec la famille. « Beaucoup de membres de ma famille ont eu l’occasion de me voir chanter sur scène pour la première fois, notamment ma marraine. »

Découverte de Djette Chira à Paris 

linzy
Mr Love, Linzy Bacbotte et Steven Djj Il en tournée à Paris. L’ambiance a été assurée par la Djette Chira, 15 ans.

Linzy Bacbotte n’a pas été insensible à la prestation de la Djette Chira, âgée de seulement 15 ans. Cette dernière a assuré l’ambiance à son concert à Paris, le 31 octobre dernier. La chanteuse parle d’une belle découverte. « Djette Chira est la fille de Steven Djj Il. Et ça m’a touchée de voir une fille qui a grandi à Paris, aimer et apprécier la musique mauricienne au point d’en faire son métier. Cela fait hyper plaisir. »

Elle retrouve Alain Ramanisum à Milan 

Après des années d’attente, ces deux géants de la scène musicale locale ont enfin fait un duo… à Milan ! Pour le plus grand plaisir de leurs fans. Il s’agit de Tann Mwa Byen. 

« L’histoire de cette chanson a commencé en Italie. C’est la diaspora mauricienne qui nous a réunis, car sans eux, Mr Love, Alain Ramanisum et moi-même n’aurions jamais eu l’occasion de nous réunir autour d’une table et de dîner ensemble. Nous nous sommes éclatés lors des soirées rythmées de fous rires. »

Dernier concert à Edmonton, Canada 

linzy
La tournée mondiale de Linzy Bacbotte, pour ses 35 ans de carrière sur scène, s’est achevée à Edmonton.

Les célébrations de Noël chez sa sœur en Australie terminées, Linzy Bacbotte a remis le cap sur le Canada, et plus précisément Edmonton. Elle révèle avoir rencontré plusieurs obstacles avant d’arriver à destination pour assurer son dernier concert. Raison : une tempête de neige automnale au Canada. 

« C’était un vrai parcours du combattant. J’ai failli ne jamais arriver à destination et dormir à l’aéroport en Australie. Sans oublier le décalage horaire, qui était sans doute un des plus grands défis que j’ai dû surmonter lors de cette tournée. Mo lekor inn araze ek mwa ! » 

Arrivée saine et sauve, elle estime que ce dernier concert lui a permis de terminer sa tournée mondiale et l’année 2022 sur une bonne note en compagnie d’un public exceptionnel. « Premièrement, j’étais contente de retrouver Thierry Ramsamy, plus connu comme Antoine, qui était l’organisateur de la soirée. De plus, cela m’a particulièrement fait chaud au cœur de savoir que certains Mauriciens avaient parcouru un itinéraire de 3 à 5 heures expressément pour assister à mon concert, le 30 décembre. Ils ont bravé le froid et la tempête de neige. »

Et si la tournée s’est terminée en apothéose à -45 degrés, la chanteuse ne cache pas qu’elle était soulagée. « À un moment donné, mes enfants pesaient lourd dans la balance. Ils me manquaient énormément. »

La fleur des Seychelles

linzy
Linzy Bacbotte a été émue par l’accueil des Seychellois. 

Linzy Bacbotte est catégorique : cette tournée mondiale lui a apporté des souvenirs qu’elle chérira pour le reste de sa vie. « Ce sont des anecdotes qui seront à jamais gravées dans ma mémoire. Chaque pays, chaque public ont apporté leur touche d’émotion. Ils sont venus célébrer mes 35 ans de carrière avec faste. »

Elle évoque l’accueil qu’elle a reçu de la part des Seychellois en octobre 2022. « Chaque habitant avait cueilli une fleur de son jardin pour en faire un bouquet afin de me l’offrir. »

Et si elle a été « couverte de cadeaux » partout où elle est partie, Linzy Bacbotte confie : « Ce sont ces petites choses qui m’émeuvent le plus. De savoir qu’ils ont cueilli ces petites fleurs qu’ils ont fait pousser avec amour et arroser avec patience me met dans tous mes états ! »

Le concert Lavwa Linite le 4 février

Après avoir longuement attendu, Linzy Bacbotte peut enfin donner rendez-vous au public mauricien le 4 février au J&J Auditorium, Phoenix, pour son spectacle national intitulé « Lavwa Linite ». 

Ce concert, en guise de remerciements pour le public mauricien qui la suit depuis 35 ans, sera son dernier avant d’entamer une longue pause. « J’ai hâte de retrouver mon public, dans mon pays natal. Ça fait du bien d’être à la maison. À la suite de leur demande, je suis enfin là. Je suis très contente de l’engouement, surtout devant le court délai pour l’organisation. D’ici quelques jours, le ‘line-up’ des invités sera révélé. »

Linzy Bacbotte dit réserver de « belles surprises » au public pour ces retrouvailles. « Je suis impatiente, car ce sera mon dernier concert à Maurice. » 
Elle s’envolera ensuite pour l’étranger, ayant reçu des propositions. « En sus, j’avais déjà exprimé mon intention de m’éloigner de la scène pour m’occuper de ma santé, profiter de mes enfants surtout après six mois sans eux. »

La chanteuse précise que ce n’est pas un concert d’adieu. « Mais je ne reviendrai pas sur la scène de sitôt », fait-elle comprendre.   

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !