Economie

Le défi écologique

Le défi de la nouvelle génération est de protéger l’environnement comme des gardiens de cette Terre qui est sacrée et primordiale pour sa survie. Il est malheureux de constater que pour certaines espèces, il est déjà trop tard et elles nous ont quittés pour de bon.Le dauphin de Chine, par exemple, depuis 2006.

L’homme a sous-estimé l’impact de ses activités pendant longtemps et cela l’a conduit aujourd’hui à un stade critique. Il est dans l’obligation de marcher de pair avec la nature et de respecter son écosystème. Et certaines personnes se dévouent pour la protection de l’environnement.

Eco

Khan Chan Kin, un militant pour l’environnement du groupe Enn Losean Vivab, raconte son combat. « Le groupe a été créé après un constat du nombre de déchets sur les plages et dans la nature. Et cette situation empire année après année. De ce fait, nous organisons des collectes de déchets dans plusieurs endroits sur l’île. Et nous en profitons pour sensibiliser les jeunes, afin qu’ils comprennent l’objectif de notre combat. Nous allons bientôt mettre en ligne une vidéo intitulée En plastik. »

Eco

Quand une personne dispose de ses déchets dans les poubelles, elle pense que le travail est fait, mais c’est loin d’être le cas. Car la plupart des déchets vont au Mare Chicose Landfill où, selon le site du ministère de l’Environnement, 420 000 tonnes de déchets sont traitées annuellement. Et sans un recyclage adéquat, cela prendrait plusieurs années pour qu’ils se dégradent.  

Durant la dernière collecte de déchets à l’île-aux-Bénitiers, le groupe Enn Losean Vivab, avec l’aide du public, a collecté 1,2 tonne d’ordures.

Quelle solution pour le plastique ?

Waste
« Dans les ateliers de travail et durant nos campagnes, je montre aux gens comment transformer les objets en plastique pour en faire des instruments ou un objet de décoration. C’est pour que le plastique ne finisse pas dans les rivières ou dans la mer. Nous sommes encore loin d’autres pays qui font le tri des déchets », explique le jeune entrepreneur. Pour lui, « un changement dans notre façon de vivre et dans nos habitudes est nécessaire».


Recyclez vos pneus

Selon les Road Transport and Road Traffic Accident Statistics jan.-juin 2018, il y a 543 623 véhicules enregistrés à la National Transport Authority, soit une hausse de 11 826, comparé au nombre de véhicules en 2017. Si on multiplie le nombre de véhicules par quatre, cela fait 2 174 492 pneus.

Ceux-ci sont susceptibles de se retrouver dans les « landfill ». Le ministère de l’Environnement et les citoyens doivent trouver une solution, afin d’empêcher qu’ils finissent dans la mer ou dans les espaces naturels.
Nous sommes donc allés à la rencontre de Clifford Duval, Product Manager, pour la Compagnie mauricienne de commerce Limitée. Située à Pailles, cette entreprise s’adonne au rechapage de pneus usés.

« Le rechapage permet d’économiser en termes de carburant. Un pneu neuf utilise 83 litres de pétrole, alors qu’un pneu rechapé consomme 26 litres seulement. Nous faisons majoritairement le rechapage de pneus pour les tout terrain, les bus, les camions. C’est plus économique pour les clients et elles sont aussi très solides et plus durables. Cette méthode permet aux compagnies d’autobus de réutiliser leurs pneus au moins trois fois. Nous sommes quelques compagnies à faire du rechapage, mais c’est une méthode qui devrait être utilisée par toutes les compagnies détenant une grosse flotte de véhicules. »

Voici donc les différentes étapes dans le rechapage d’un pneu :

  • Le pneu est passé à travers un écarteur et on vérifie s’il contient des objets métalliques et s’il peut être réchappé, car il y certains critères à respecter pour le bon déroulement du rechapage et pour un produit de qualité.

Eco

  • La deuxième étape consiste à faire le râpage du pneu. Cela permet de le rendre plus adhérant, afin que les prochaines étapes puissent être complétées.
  • À chaque fois qu’un pneu est rechapé, la marque et les écritures se trouvant sur celui-ci sont enlevées. L’ouvrier cherche aussi des objets qui pourraient compromettre le processus.

Eco

  • L’ouvrier passe une couche de colle sur laquelle la bande de caoutchouc neuf sera déposée.

Eco

  • La surface enfin prête, la bande est déposée.

Eco

  • Une fois terminé, le pneu est placé sur une jante, et ensuite dans un four où il est maintenu sous pression et sous haute température, afin que les deux couches de caoutchouc fusionnent.

Eco

  • Après la cuisson, le pneu est vérifié encore une fois. Il est prêt à être utilisé pour un bon bout de temps, car il est plus durable qu’un pneu ordinaire. Avant de jeter vos vieux pneus, pensez à les faire rechaper.

Eco