Actualités

Le Covid-19 au centre des débats sur le discours-programme

Le coronavirus a été au centre des discussions lors des débats sur le discours-programme lundi au Parlement. L’opposition a été très critique vis-à-vis du gouvernement qui ne s’est pas laissé faire.

Shakeel Mohamed : «Un gros pactole pour les patrons»

shakeelLe député et Whip de l’opposition, Shakeel Mohamed, a été critique contre les mesures annoncées par le gouvernement le vendredi 13 mars 2020, en particulier la décision du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, de venir avec un soutien financier de Rs 9 milliards qui bénéficiera uniquement aux patrons. « Le gouvernement a oublié les petites et moyennes entreprises qui ne bénéficieront pas de ces mesures d’aide», explique le député rouge. Shakeel Mohammed a aussi été très critique face à la décision de diminuer le prix des billets d’avion. « Ces mesures sont incitatives aux touristes de venir à Maurice ce qui augmente le risque que des personnes infectées arrivent sur notre territoire. Que veut ce gouvernement ? Dire aux personnes infectées qu’elles peuvent venir s’isoler dans nos hôtels ?» se demande le député rouge.

Shakeel Mohamed a aussi critiqué les mesures prises par le ministère de la Santé et la capacité de notre système de santé de répondre à une éventuelle épidémie du coronavirus sur notre territoire.  Le député rouge va même plus loin. Il affirme que les tests faits à Maurice ne sont pas validés par des instances À ce moment, le ministre de la santé Kailesh Jagutpal a réfuté les propos de Shakeel Mohamed disant que les tests sont validés par des instances internationales.

Shakeel Mohamed a par la suite critiqué les procédures de détection. « Je reviens de l’Angleterre, Adil Ameer Meeah etait lui aussi à l’étranger, nous n’avons pas été soumis à des tests. Car nous n’avions pas de fièvre, pourquoi ? Nous revenons de pays où le virus est présent » déclare Shakeel Mohamed.

Maneesh Gobin : «L’opposition veut créer la panique» 

maneeshLe ministre de l’Agro-industrie et Attorney General, Maneesh Gobin, n’a pas été tendre envers Shakeel Mohamed. « Il dit qu’il est patriotique, inquiet pour les Mauriciens à cause du virus, mais où était-il quand nous travaillions jour et nuit pour protéger la population ? Il était à Anfield pour assister à un match de foot », déclare Maneesh Gobin. Le ministre de l’Agro-industrie a utilisé cet argument pour soutenir que les membres de l’opposition veulent seulement faire de la politique sur la question et scorer des points. « Ils ne veulent que créer plus de panique que nécessaire, comme Navin Ramgoolam qui demande de fermer les écoles. Il n’y a pas de Covid-19 à Maurice, alors pourquoi faut-il fermer les écoles ? », plaide Maneesh Gobin.

Le ministre a aussi voulu être clair sur un point. « Les tests et le protocole mis en place par le ministère de la Santé sont validés par l’Organisation mondiale de la santé », explique-t-il. Toujours en marge de la crise entourant la pandémie, il a expliqué que l’agriculture sera un élément-clé. Il a cité un article de The Guardian disant qu’il ne faut pas attraper un caddie de supermarché dans une telle situation, mais plutôt une pelle et planter des produits de consommation dans notre cour. « Nous faisons face à une situation difficile, et notre salut sera dans notre solidarité en tant que citoyen », explique le ministre qui affirme que nous avons été dans notre zone de confort (la frénésie consumérisme) pendant trop longtemps. « Quand nous manquions quelque chose, nous importions, mais à présent beaucoup de pays ont cessé les exportations et nous ne savons pas où importer », a soutenu Maneesh Gobin. Il encourage d’ailleurs les Mauriciens à revenir à la terre. 

Anwar Husnoo : «Pas de test sans symptômes»

Le ministre des Collectivités locales Anwar Husnoo a voulu mettre les points sur les « i » face aux propos de Shakeel Mohamed. « Dans aucun pays du monde on fait des tests (polymerase chain reaction) sur des personnes qui n’ont pas de symptômes », explique Anwar Husnoo. Il faisait référence aux 1 200 passagers du Costa Mediterranea. 

Le ministre a également expliqué que les membres de l’opposition demandaient que nous fermions toute l’île Maurice, le port, l’aéroport, les écoles et autres institutions.  « Cela n’est pas nécessaire, car nous n’avons pas de cas du Covid-19 à Maurice », explique le ministre. Il soutient que le gouvernement a mis en place un plan gradué qui répond à la situation, en l’occurrence se laver les mains et le ‘social distancing’ soit évité.   Anwar Husnoo a aussi fait un constat de son ministère, il a expliqué qu’il y aura beaucoup d’améliorations pour les citoyens. Il annonce qu’un système d’information, le National Multi Hazard Disaster System, en cas de désastre sera lancé en mai 2020.

XLD : «Un cyclone économique à l’horizon»

xldLe leader du PMSD, Xavier-Luc Duval (XLD), a centré son discours sur la pandémie de Covid-19 avec une attention spéciale à l’économie. Il estime que, le gouvernement se contredit sur la manière de gérer la situation. « Le gouvernement patauge dans la mare. Elle annonce 40 % de remise sur les billets d’avion. Je n’ai rien entendu d’aussi fou », a-t-il lancé.  

Selon Xavier-Luc Duval, il y a deux priorités. Il faut préserver les vies humaines et les emplois. Xavier-Luc Duval déplore que le ministre des Finances n’a rien indiqué concernant ce deuxième point, après avoir annoncé un Stimulus Package pour les entreprises. Selon lui, il n’y a pas non plus de mesures pour encourager les citoyens à « work from home » ou à obtenir un « sick pay ». « Dans d’autres pays, le sick pay est payé par le gouvernement », a-t-il affirmé.

Mahen Seeruttun : «Créer une psychose est anti-patriotique»

Le ministre des Services financiers, Mahen Seeruttun, s’est attardé sur l’impact du Covid-19 dans le monde et pour l’économie du pays. « Le monde est à l’arrêt à cause d’un virus. Si Maurice a été l’abri, c’est de par le protocole qui a été enclenché, la surveillance mise en place ainsi que le suivi individuel des personnes qui entrent dans le pays. Mais nous allons vivre des moments difficiles. Il faut se préparer à faire face à la situation », a fait ressortir le ministre des Services financiers a ensuite tiré sur l’opposition. « Les membres de l’opposition veulent à tout prix créer une psychose afin de semer le doute dans le pays. Créer une psychose autour du Covid-19 est anti-patriotique », a-t-il ajouté.  

Nando Bodha plaide pour une bonne réforme électorale  

Le ministre des Affaires étrangères a exprimé son souhait qu’il y ait une bonne réforme électorale durant ce mandat.Nando Bodha a expliqué qu’en deux occasions il y a eu une lutte à trois, notamment en 1976 et 2019. « En 1976, le MMM avait eu 40.09% des voix et avait eu 34 députés, le PTr avait eu 38% et avait eu 28 députés alors que le PMSD avait eu 16% des votes et avait eu 8 députés. De 1976 à 1982, le PTr était à la tête du pays. Dans le système du First Past the Post, en 2019, le MSM avec 38% des voix et a fait élire 42 députés, le PTr avec eu 32% des voix et fait élire 17 députés. Cela, car dans les régions rurales, le MSM a fait mieux, alors que le MMM avec 20% des votes n’a eu que 8 députés. Dans une lutte à trois, la façon dont les gens votent est différente » a-t-il dit. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !