Live News

Le couple Ramlagan meurt dans un accident : Yuvna pressentait le malheur

C’est un drame qui secoue la famille du couple, laissant la petite orpheline de ses parents.

Avoir 10 ans et être sans le soutien de ses parents. C’est ce que vit la petite Yuvna, qui a perdu sa mère et son père, morts dans un accident fatal aux petites heures du 20 janvier à Mare-d’Albert. Pourtant, ce petit ange leur avait dit de ne pas prendre la route. En vain !

Yuvna Ramlagan, 10 ans, avait-elle eu un pressentiment ? Samedi soir, avant que ses parents ne sortent d’une fête familiale, leur fille unique leur avait dit de ne pas prendre la route et de rester avec elle chez leurs proches. Mais les deux sont passés outre et ont pris la route sur un deux-roues. Et, dans un tournant, Robin et Jenita se sont retrouvés face à une camionnette. Le choc a été brutal et fatal.

Ronnie Ramlagan, frère de Robin et oncle de la petite Yuvna, ne peut s’empêcher de penser aux paroles de la fillette à ses parents. « Après ce drame, ma nièce s’est confiée quelque peu. Avec ses parents samedi, ils étaient partis à une fête chez la belle-sœur de mon frère. Mon frère et Jenita s’apprêtaient à partir, mais ma nièce Yuvna ne voulait pas qu’ils s’en aillent. Elle leur a dit de ne pas sortir et de rester avec elle. Au final, Robin et son épouse Jenita ont quitté la fête sans leur fille. La petite est restée avec sa grand-mère maternelle. Cela devait être une prémonition », explique Ronnie.

Et Ronnie de poursuivre : « Ils sont passés à la maison juste après la fête et mon frère Robin a salué tout le monde, comme pour dire au revoir. C’est avec du recul que nous réalisons que c’était un adieu de sa part », dit-il.  

Narainee Nepalsing, la mère de Jenita Ramlagan, dit avoir également eu un sentiment étrange. Sa petite-fille Yuvna passe la majeure partie de son temps chez elle à Mahébourg. « Depuis que Jenita est devenue mère, c’est elle qui s’est occupée de la petite. En plus, ses autres grands-parents n’habitent pas loin. Ils s’en occupent également », explique Narainee. L’enfant était restée chez sa grand-mère maternelle, après la fête ce soir-là. « Nous sommes restés jusqu’à tard dans la soirée pour attendre la venue de ses parents.  Il était prévu que son père apporte son sac pour l’école lundi », dit-elle. 

Cependant, une fois au lit, une chose la tracassait. « Je ne pouvais pas fermer l’œil. J’avais comme un pressentiment », poursuit la grand-mère maternelle. Vers 3 heures du matin, on a frappé à sa porte : « Je me disais que c’était Robin. Je suis partie ouvrir la porte, mais en réalité, c’était le père de Robin et un proche. Ils sont venus m’annoncer que mon gendre et ma fille ont eu un accident. Je pensais qu’ils avaient subi des blessures », se dit-elle.

Au fil des minutes, la cour a été inondée par des proches. « Monn komans trouv enn ta dimoun dan lakour. Lerla inn dir mwa ki tou le de inn mor. Mo pann kapav tini. Monn plore, plore », dit-elle.

raj
Raj, le père de Robin, et Ronnie, son frère, sont dévastés par cette douloureuse perte.

Le chauffeur de la fourgonnette : «Ce malheur me hante jour et nuit» 

Cet habitant de Rose-Belle dit désormais devoir vivre avec ce double drame sur la conscience. « Ce malheur me hante jour et nuit », lâche-t-il avec regret. 

Âgé de 43 ans, ce coiffeur explique que cela fait plus d’une vingtaine d’années qu’il conduit. « Pendant toutes ces années, je n’ai jamais eu d’accident et encore moins des ennuis avec la police », nous dit-il. Revenir sur cette nuit fatidique est pénible pour le quadragénaire. Il dit avoir tenté d’éviter le couple, en vain. 

« Je me dirigeais vers Rose-Belle », relate le conducteur. Arrivé à Mare-d’Albert, il confie avoir été surpris par une motocyclette. « Il y avait un tournant. Soudain, j’ai vu une motocyclette venir dans la voie opposée. Il a changé complètement de côté. J’ai appliqué les freins, vainement. Ils étaient deux. Ils ont percuté le flanc gauche de mon véhicule », relate-t-il. 

L’impact est violent et le couple est projeté sur l’asphalte. « Pour ma sécurité, je ne me suis pas attardé sur place. Je me suis rendu directement au poste de police de Rose-Belle pour informer les policiers de cet accident », ajoute-t-il.

Il était vers 2 heures du matin ce lundi-loà. « Lorsque j’ai informé la police, je ne savais pas à ce moment qu’il y avait deux morts », nous indique-t-il. « C’est un policier qui m’a ensuite confirmé qu’il y avait deux morts dans l’accident. Cela m’a bouleversé. Je me suis effondré. Je savais que j’allais être arrêté et placé en cellule policière », poursuit le chauffeur.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !