Live News

Le combat de deux femmes qui vivent seules 

La maman de Marie Dominique.

Comment vit-on quand il n’y a aucun homme au sein de la famille dans la maison ? Si certaines femmes arrivent à se débrouiller, pour d’autres, c’est vraiment difficile. Elles doivent multiplier les efforts ou faire des choses qu’elles ne se sentent pas capables de faire.

Marie Dominique, 47 ans, une habitante de Plaisance, Rose-Hill, vit séparée de son mari. Depuis la séparation, elle est retournée chez sa mère avec deux des trois enfants (l’aînée vit avec son père) depuis voilà trois ans. « Le seul homme de la famille, c’est mon fils âgé de 10 ans ! » raconte-t-elle. « Je ne peux pas le nier : un homme est un homme et une femme est une femme. D’abord, sa présence est rassurante (cela dépend du genre de personne qu’il est, bien sûr). Ensuite, il y a des responsabilités et des décisions qu’il est plus facile pour un homme de prendre que pour une femme. Il y a des démarches qu’il est plus facile pour un homme d’entreprendre que pour une femme », soutient-elle.

Imaginez les misères que cette femme de plus de 80 ans subit lorsqu’il pleut, surtout si c’est le soir. Elle ne peut plus dormir parce que tout est trempé»

« Par exemple, une femme, si elle est encore jeune, hésitera à demander un coup de main à des hommes qu’elle ne connaît pas, car elle sait que ce sera donnant donnant. Il est rare qu’un homme vienne au secours d’une femme sans rien lui demander, sans rien attendre d’elle en retour. Bon, cela dépend aussi de la femme. Cependant, pour un homme, c’est beaucoup plus facile de faire appel à des hommes comme lui pour un coup de main. Vous comprenez ce que je veux dire », avance Marie Dominique. Elle dit parler par expérience. La dernière fois qu’elle avait lancé un appel à l’aide, elle révèle que plusieurs hommes ont pris contact avec elle pour lui poser une foule de questions, sans finalement rien faire. « Il y en a même un qui m’a invitée à venir chez lui pour en discuter ! » déclare-t-elle.

Inhabitable

Vu sa situation actuelle, Marie Dominique aurait bien apprécié la présence d’un homme digne de ce nom. Elle s’explique : « Si la maison de ma mère comporte deux chambres à coucher, une cuisine, une salle de bains et des toilettes, le toit fuit de partout. La maison est inhabitable quand il pleut. Elle demande une sérieuse rénovation. Malheureusement, ma mère ne dispose d’aucune aide. Elle aurait tellement apprécié la présence d’un bras solide ou d’un fils aimant peut-être pour l’aider à trouver une solution. Un homme monte sur le toit plus facilement », dit Marie Dominique.

Après trois ans passés dans la maison de ma mère, je voudrais disposer d’un coin pour moi. Je ne pense pas à une maison comportant plusieurs pièces, mais d’une seule grande pièce»

« Comme je vis avec elle, j’aide ma mère autant que possible, mais je suis limitée physiquement. Pourtant, il y a tant de choses à faire dans la maison et dans la cour aussi. Nous aurions apprécié si nous pouvions disposer de matériaux et de main-d’œuvre pour refaire le toit. Cela soulagerait grandement ma mère. Imaginez les misères que cette femme de plus de 80 ans subit lorsqu’il pleut, surtout si c’est le soir. Elle ne peut plus dormir, parce que tout est trempé », dit la jeune femme.

« Ma mère aurait apprécié également l’aide de volontaires pour ériger un mur devant la cour. Quand il pleut, l’eau envahit partout. Un mur ferait barrage. Elle dispose déjà de quelque 200 blocs et elle a besoin de ciment et de rocksand comme matériaux », avance-t-elle.

dominique
La vieille dame voudrait remplacer la barrière en tôle par des blocs pour empêcher l’eau d’envahir sa cour.

Appel à l‘aide

Pour Marie Dominique, l’absence d’un homme au foyer se fait aussi grandement sentir. Elle confie : « Après trois ans passés dans la maison de ma mère, je voudrais disposer d’un coin pour moi. Je ne pense pas à une maison comportant plusieurs pièces, mais d’une seule grande pièce. Et je ne pense pas à une maison en dur, mais d’une seule pièce, qui sera bâtie en tubes carrés avec des tôles. Cette maison, je la ferai construire dans la cour de ma mère, avec son autorisation. Malgré ma mauvaise expérience, je lance de nouveau un appel à des volontaires. Peut-être que cette fois, je tomberai sur des personnes disposées à m’aider sans arrière-pensée. Je lance un appel à quelqu’un qui pourrait faire une évaluation pour me dire de combien de tubes carrés et de feuilles de tôle j’aurai besoin. Je compte les acheter moi-même. Bien entendu, j’aurai besoin de quelques volontaires pour la construction. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !