Live News

Le budget est une occasion manquée, selon Arvin Boolell 

Où sont la résilience, la reprise et la durabilité pour mieux reconstruire ? C’est la question qu’a posée le député Arvin Boolell au début de son intervention. Pour lui, le budget est une occasion manquée. Le gouvernement, selon lui, a favorisé le secteur des entreprises. Il est d’avis que le budget n’est pas en faveur du peuple et pour le peuple. 

Pour le député du Parti travailliste (Ptr), si les fondamentaux ne sont pas pris en compte, le gouvernement continuera d’autoriser la dépréciation de la roupie. Ce qui provoquera un chaos social. Arvin Boolell est revenu sur l’annonce faite par le ministre des Finances de privatiser partiellement Metro Express Ltd. Pour lui, si c'est cela le management du meilleur ministre des Finances du continent africain, il y a de quoi s’inquiéter. Arvin Boolell a soutenu que le slogan « produire ce qu’on consomme et consommer ce qu’on produit » ne devrait pas rester creux. Les terres agricoles devraient être préservées à cette fin, a-t-il soutenu. Des efforts doivent aussi être faits pour soutenir l’élevage de bétails. Pour cela il faut l’investissement et la volonté nécessaire pour y parvenir et ainsi assurer une meilleure sécurité alimentaire pour le pays. Il s’est aussi appesanti sur ce qu’il a qualifié de « festival de la terre » qui a permis à certains de faire l’acquisition de terrains sans aucune transparence. Il a aussi trouvé la fin des subventions sur les produits de base. 

« À qui profite le crime ? » s’est-il demandé. Cette décision va, selon lui, entraîner une paupérisation des plus pauvres et les plus vulnérables de la société. À la suite de cela, les Rs1 000 qui seront accordées comme support financier aux salariés vont vite être engouffrées dans le vortex de l’inflation, dit-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !