Live News

Le Budget 2018/2019 plus ou moins bien accueilli par les six principales firmes d’audit

Le Budget 2018/2019 a été plus ou moins favorablement accueilli par les six principales firmes d’audit. La volonté de faire de Maurice un pays à revenu élevé est là tout en s’assurant que le développement profite à tout un chacun. Toutefois, des réserves sont exprimées sur quelques mesures, notamment l’octroi du passeport et de la nationalité mauricienne aux investisseurs étrangers. 

Les firmes mettent l’accent sur la mise en œuvre et le suivi des projets annoncés. Durant les années précédentes, l’on a eu droit à trop d’effets d’annonces et pas assez de concrétisation, souligne ainsi PricewaterhouseCoopers (PwC) dans son debrief du Budget. Comme le mandat de ce gouvernement arrive presque à terme, la pression monte et l’heure est à la mise en œuvre des projets, selon PwC. 

Un avis partagé par la firme Deloitte, qui insiste sur la mise en application des mesures pour arriver à une croissance plus élevée à court terme. PwC estime que la baisse du prix des carburants coûtera environ Rs 1 milliard, une somme qui aurait pu être mieux utilisée. 

Tout comme la firme BDO, PwC déplore l’absence de mesures importantes pour l’industrie cannière. BDO a aussi exprimé des réserves sur l’octroi du passeport ou de la nationalité mauricienne aux investisseurs étrangers. 

L'objectif de ce Budget étant de transformer Maurice en un pays à haut revenu d’ici 2023, la firme KPMG estime qu’il nous faut d’autres moteurs de croissance pour atteindre cet objectif, surtout face aux défis comme le vieillissement de la population, l’excès de liquidité, et la crise dans l’industrie cannière. 

Si EY ne s’est pas aventuré à se prononcer sur le Budget, la firme Grand Thornton, elle, parle d’un exercice réaliste avec une touche de créativité. Car selon Grand Thornton, Pravind Jugnauth a pu jongler avec le social et le développement économique.