Live News

Le bébé mauricien Nuraym opéré à La Réunion : le Dr Ramlugun fait le déplacement de France à ses frais  

Dr Dharmesh Ramlugun.

Il a des mains en or et le cœur encore plus lumineux. Sollicité pour son aide après son passage sur le plateau de Radio Plus, le Dr Dharmesh Ramlugun, un médecin mauricien établi en France, a répondu à l’appel des parents du petit Nuraym. Il a fait le déplacement de France à ses frais pour être aux côtés de l’enfant. L’opération a eu lieu à La Réunion et a été un succès.

Il y a des histoires qui nous touchent au plus profond de l’âme. Des personnes que l’on croise et qui changent nos vies. La rencontre entre le Dr Dharmesh Ramlugun et les parents du petit Nuraym Mohabuth entre dans cette catégorie. Né avec une malformation cardiaque, le petit garçon avait déjà subi deux opérations. Il n’avait que 5 jours quand il été opéré pour la première fois. Sa mère, Shaheen, raconte que ce fut un moment très inquiétant pour la famille, qui avait peur de perdre l’enfant, surtout que tout cela s’est passé au plus fort de la vague de Covid-19. 

Shaheen déplore en outre l’attitude qu’ont eue certains membres du corps hospitalier à l’égard de son bébé. « Au Cardiac Centre, nous avons dû faire face à des commentaires comme ‘Il est né dans une clinique privée’. Je trouve cela lamentable car on ne peut pas faire de discrimination entre les enfants malades. Heureusement, un médecin nous a beaucoup soutenus et très bien expliqué les procédures. Par contre, un autre nous a dit qu’une nouvelle intervention ne serait pas possible et que nous ferions mieux de ne pas nous attacher à cet enfant. » 

Les parents ne baissent pas les bras et à l’âge de 3 mois, Nuraym subit sa deuxième intervention chirurgicale, en Inde, avec le soutien financier de l’État. Cependant, ils comprennent que le problème du petit garçon et encore plus complexe qu’ils le pensaient et qu’il devra se faire soigner encore une fois à l’étranger. 

Commence alors une bataille administrative avec les autorités mauriciennes pour obtenir un permis de collecte de fonds. Shaheen et son mari choisissent La Réunion, qui est à 30 minutes de vol et propose un très bon service médical. Sauf que certaines personnes leur mettent des bâtons dans les roues. « Je ne comprends pas pourquoi nous sommes obligés d’aller en Inde et pourquoi on n’autorise pas simplement ceux qui souhaitent se faire soigner ailleurs à le faire », dit Shaheen.

De bons samaritains se sont cependant présentés sur sa route, ce qui lui a permis d’effectuer ce voyage. « Je tiens à remercier Didier Sooben de l’association DIS-MOI Réunion et du Groupement des associations Réunion-Maurice Solidarité, ainsi que toutes les personnes qui ont contribué pour les frais d’hospitalisation et de déplacement. » 

Ses mots pour le Dr Ramlugun sont encore plus élogieux. « Nous ne savions pas qu’il existait des gens aussi bons. Nous ne le connaissions même pas et pourtant il a fait bien plus pour nous que quiconque. Il a toujours été très attentif et disponible, répondant à toutes nos questions avec patience. Il a fait le déplacement de Strasbourg à La Réunion à ses frais pour s’assurer que tout se passe comme il faut et pour nous soutenir. On nous a refusé le droit de faire cette collecte publique mais ces deux personnes n’ont pas manqué de faire des collectes dans leur entourage pour mon fils. Ils appellent encore aujourd’hui tous les jours pour savoir si tout va bien. » 

Un médecin au grand coeur  

Le Dr Dharmesh Ramlugun a grandi à Maurice et y a suivi sa scolarité. Il habitait à Forest-Side. Cet ex-élève du collège Royal s’est ensuite envolé vers la France pour faire ses études de médecine. Il nous confie qu’il n’avait que 11 ans quand son père est décédé. « Sa maladie a duré trois ans. Il est mort d’un infarctus. » Issu d’une fratrie de cinq, il garde le souvenir d’une mère qui a tout sacrifié pour assurer la réussite de ses enfants. Il est fier de son parcours et heureux d’avoir toujours sa maman à ses côtés aujourd’hui. C’est à la mort de son père qu’il a décidé qu’il serait médecin. Son souhait : aider d’autres personnes à ne pas perdre leurs proches. « On me disait qu’en France, c’était trop dur mais je me suis accroché ». Il s’est même spécialisé en pédiatrie. Il a aussi participé à plusieurs projets humanitaires. 

Lors de son passage à Maurice pour des conférences, il est approché par les parents du petit Nuraym et c’est de bon cœur qu’il accepte de les aider. « Ils voulaient venir en France mais je savais que cela coûterait bien plus cher. Comme je travaille avec des confrères à La Réunion, j’ai proposé d’y accompagner cette famille à mes frais ». 

Le médecin explique que La Réunion est une option à ne pas négliger pour les malades de Maurice. « C’est à moins d’une heure de vol, le service est impeccable et cela coûte bien moins cher que dans plusieurs autres pays, sans parler de la dimension humaine. » 

Le praticien français a donc tenu parole. Il a participé à l’intervention de six heures qui était très délicate. « Comme l’enfant avait déjà été opéré à deux reprises, les tissus n’étaient plus les mêmes. C’était donc une étape à risque. Heureusement, tout s’est bien passé. » Le Dr Ramlugun reste en contact permanent avec les parents de Nuraym pour avoir de ses nouvelles. 

Pense-t-il venir proposer ses compétences à Maurice ? À cette question, il répond qu’il y pense sérieusement. « J’ai déjà proposé mon aide et j’attends une réponse. Notre pays doit améliorer de manière urgente son système de santé. Je serais ravi de pouvoir y contribuer. »

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !