Live News

Law and Order : 500 policiers sans salaires depuis janvier

Sans salaire depuis le mois de janvier, ces nouvelles recrues de la police ont peur de représailles et ont décidé de faire entendre leurs voix à travers la Police Officers Solidarity Union (POSU). Au niveau des Casernes centrales, on explique que le problème est réglé.

Que se passe-t-il chez les policiers en ce moment ? Il est rare de devoir évoquer sur les ondes de Radio Plus des problèmes de non-paiement de salaires chez les policiers. C’est l’inspecteur Sanjeev Boojhawon qui est monté au créneau, d’abord sur les réseaux sociaux, pour déplorer cette situation inédite. 

« En janvier, 500 recrues ont intégré la force policière en vue de faire carrière pour servir le pays. À ce jour, elles n’ont pas reçu un sou de salaire pour subvenir aux besoins de leurs familles », déplore l’inspecteur. « Quelle motivation auront-ils pour servir la nation ? », se demande Sanjeev Boojhawon.

J’ai pris contact avec un haut gradé des Headquarters de la police, et la section finance pour qu’ils assument leurs responsabilités. J’ai également pris connaissance que la Police Reform Developpement Unit (PRDU) n’a pas soumis les données à temps pour que la section finances puisse faire le nécessaire pour que les recrues obtiennent leurs salaires », dit-il avant de conclure.

Embarras

H.M., habitant des Plaines-Wilhems, avance qu’il a vérifié son compte en banque à plusieurs reprises, mais toujours rien. Il explique qu’il n’en a parlé à personne au bureau : « Je n’ai même pas le droit de me plaindre. Imaginez-vous ma situation ? Je viens tout juste d’être recruté et même si le salaire constitue un droit fondamental, on risque de subir des représailles si on en parle à visage découvert. Quant à Salma, habitant la région sud, elle explique que son fils avait emprunté de l’argent pour construire sa maison et, qu’entre-temps, c’est elle qui doit payer les mensualités. « Il est un peu embarrassé de venir nous réclamer de l’argent. Il a toujours rêvé d’être policier et quand il a été recruté, il était très heureux. Désormais, il se demande si ce problème va perdurer longtemps encore. En tout cas, il espère que cette situation ne se répètera pas. » 

Inspecteur Shiva Coothen : C’est une situation regrettable mais le problème est déjà résolu »

Sollicité pour une réaction, l’inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office explique que « c’est une situation regrettable, mais que le problème est déjà résolu ». Cependant, il avance ignorer les circonstances exactes qui expliquent ce retard : « Je tiens à rassurer toutes les recrues et leurs familles que le nécessaire a déjà été fait auprès du manager des opérations financières de la force policière», dit-il. L’inspecteur a, par la même occasion, précisé que certains d’entre eux ont déjà perçu leurs salaires. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyer-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more