Xplik ou K

A l’avenue Cossigny, Quatre-Bornes : des habitants s’opposent à la construction d’un complexe

projet-de-construction a q.bornes

Des habitants de l’avenue Cossigny, à Quatre-Bornes, contestent le projet de construction d’un complexe résidentiel de trois étages prévu en face de la villa Rubis Bleu.

Le bras de fer engagé. Des résidents de l’avenue Cossigny ont soumis une pétition à la mairie pour demander de revenir sur sa décision d’autoriser le chantier. Les fouilles ont démarré à la fin de juillet.

D’abord, les riverains avancent que le promoteur a volontairement mal placé le panneau signalant la construction, l’installant dans un coin où les voisins ne pouvaient pas en prendre connaissance. Ils n’ont pas vu la « date of display », soit le 15 février 2018 et n’ont pu exprimer leur droit d’opposition dans les 15 jours requis par la loi. « Le panneau a ensuite été replacé de manière plus visible un mois après la date fixée pour qu’un riverain puisse faire opposition. Cela est une atteinte à nos droits », déclare Ritesh (prénom modifié).

Les griefs des plaignants :

• nuisance sonore dans la journée alors que la localité compte de nombreux retraités à la santé fragile. Des gens travaillent aussi à domicile.
• La pollution liée à la poussière du chantier qui affectera leur santé (allergies, asthme), leurs maisons, leurs cours et les potagers.
• Les vibrations du sol dues aux excavateurs risquent de fissurer les maisons situées tout près. 
• Problème de sécurité lié à la hauteur prévue du bâtiment.
• Non-respect et atteinte à la vie privée des habitants des environs. L’immeuble fera plus de deux étages et les futurs résidents verront les faits et gestes des anciens résidents dans leur cour ou leur maison.
• Problème d’aération et de visibilité vu la hauteur  prévue de l’immeuble.
• Le positionnement de l’immeuble risque de gêner/obstruer les maisons alentours. L’excavateur a commencé à creuser à moins de deux mètres de trois maisons. L’immeuble sera situé à moins de trois mètres de certaines habitations.
• L’immeuble ne sera pas une construction esthétique dans un quartier résidentiel, défini comme l’un des plus huppés de Quatre-Bornes. Ce qui fera chuter la réputation et la valeur des propriétés. 

La mairesse : « Je reverrai le dossier avec mon ingénieur »

Contactée par la rédaction, la mairesse de Quatre-Bornes, Soolekha Jepaul Raddhoa, a déclaré que c’est la municipalité qui accorde le « Building and Land Use Permit » pour toute construction. « Si le promoteur l’a obtenu, c’est qu’apparemment, il a respecté toutes les conditions requises, et que le plan et le design ont été approuvés par l’architecte et l’ingénieur ».

« Toutefois, si les habitants objectent toujours en avançant que toutes les normes ne sont pas respectées par le promoteur, je vais revoir le dossier avec mon ingénieur, lui demandant de mener une inspection sur place », a-t-elle déclaré. La mairie procédera alors selon les procédures légales, ce qui peut prendre du temps. « Si les habitants veulent aller plus vite, ils peuvent loger une injonction en cour pour réclamer l’arrêt des travaux sur le champ », a-t-elle ajouté.