Live News

L’amour à toute épreuve d’un couple de SDF - Anaëlle : «Il a quitté son boulot pour ne pas me laisser seule dans la rue»

Michael et Anaëlle

Au nom de l’amour, ils ont accepté de rester ensemble pour le meilleur comme pour le pire. Depuis la mi-septembre 2019, Anaëlle (23 ans) et Michael (24 ans) sont devenus des SDF (sans domicile fixe) et font la manche dans la rue pour survivre. Si, durant la journée à Curepipe, ils ne passent pas inaperçus, le soir venu, le couple se fait discret.

« Je ne veux pas que notre bébé devienne un SDF comme nous »

Impossible de douter de l’amour qui lie le Michael à Anaëlle. Ensemble, pour la première fois de leur vie, ils ont passé Noël et le Nouvel An à la belle étoile. Ils ont aussi affronté les cyclones et la pluie, sans oublier le froid de la nuit. Pourtant, ils sont toujours ensemble et ne se plaignent pas. Quelle belle preuve d’amour ! « Nou aksepte seki pe ariv nou parski nou pena lechwa me nou pa pou separe », affirme Michael.

Pour dormir, Anaëlle et Michael ont élu domicile près de la foire de Curepipe, à côté de Lake Point. Anaëlle, qui est enceinte de six mois, caresse le rêve de trouver un logement temporaire et de l’aide avant la naissance du bébé.

Michael et Anaëlle ont élu domicile près de la foire de Curepipe, à côté de Lake Point.
Michael et Anaëlle ont élu domicile près de la foire de Curepipe, à côté de Lake Point.

Comment un si jeune couple a-t-il atterri dans la rue ? Leur vie a basculé il y a quelques mois de cela, quand Anaëlle et Michael ont décidé de vivre en concubinage. Leurs proches respectifs ne pouvant pas les recevoir, faute de place, ils prennent la décision d’aller vivre dans la rue jusqu’à ce qu’une solution se présente à eux. Hélas, les choses se compliquent quand Anaëlle tombe enceinte. La future mère nous partage son inquiétude : « Je ne veux pas que notre bébé devienne un SDF comme nous. » Si Anaëlle a déjà l’instinct maternel, c’est parce qu’elle a déjà trois enfants de trois différents pères. Ceux-ci vivent chacun avec leur père.

Anaëlle et Michael se sont rencontrés sur Facebook en 2018. À cette époque, Anaëlle était déjà en concubinage, mais elle était victime de violence conjugale. Elle travaillait dans une pizzeria de la capitale, tandis que Michael travaillait comme helper au sein d’une compagnie. « J’ai raconté à Michael le calvaire que je vivais à la maison. Au départ, nous étions amis seulement, puis, au fil du temps, notre relation a évolué. Je me considère comme une personne malchanceuse en amour, ayant rompu avec trois hommes. Cependant, quand j’ai commencé à mieux connaître Michael, j’ai réalisé qu’il était différent et sincère. Il m’a dit qu’il ne me laisserait jamais tomber quoiqu’il arrive », raconte Anaëlle.

En mars 2019, elle s’installe chez ses proches après avoir rompu avec son concubin. Michael, qui vient la voir régulièrement, raconte : « Mes parents, qui sont des locataires, ne disposent pas de place pour nous accueillir. J’ai alors cherché une maison à louer, mais c’est difficile d’en trouver une qui convienne à notre budget. »

« Kan nou gagn kash, nou al aste manze. Nou prefere dimande ki al kokin »

En avril 2019, suite à  des conflits familiaux, Anaëlle déserte le toit familial et vient chercher refuge auprès de Michael, qui habite Curepipe. Seulement voilà, faute de place, le jeune homme ne peut l’héberger. Le couple s’installe alors chez un ami de Michael pendant deux semaines, avant d’être sommé de partir. N’ayant nulle part où aller, le couple s’installe  près de la foire de Curepipe. Pour compliquer encore plus la situation, Michael quitte son emploi pour rester aux côtés d’Anaëlle. Ils mendient pour survivre. « Kan nou gagn kash, nou al aste manze. Nou prefere dimande ki al kokin. Nou ti pou kontan amen enn lavi normal kouma tou koup, me nou pena plas pou ale. Michael li pa oule kit mwa tousel lor lari, sirtou kan linn kone ki monn tom ansint », explique Anaëlle.

Nous avons rencontré le couple dans la soirée de jeudi près de la foire de Curepipe. Chaque soir, aux alentours de 20 heures, c’est le même rituel pour Michael. Il installe un lit de fortune sous une table dans la foire. Tout d’abord, il dresse quatre palettes en bois. Ensuite, il pose des cartons dessus. La nuit, on l’imagine, est dure, mais le réveil aussi. Tous les jours, Michael et Anaëlle se réveillent vers 5 h 30 du matin, car il faut s’en aller avant l’arrivée des marchands. Puis, tous deux errent dans la Ville-Lumière, à quémander de l’argent auprès des passants, afin d’acheter de quoi se remplir le ventre.

Arrivée prévue dans trois mois

L’avenir s’annonce sombre pour Anaëlle et Michael, qui deviendra père pour la première fois. Celui-ci en est conscient. Il nous a avoué qu’il ne s’attendait pas à devenir un jour SDF avec, à sa charge, une concubine et un futur enfant. « Personn pa pou lwe enn lakaz lor kredi ar mwa. Ena plas, zot rod mem trwa mwa an avans. Mo prefer gagn enn plas kot Anaëlle e mo kapav reste. Mo pou rod enn travay pou ki nou kapav reorganiz nou lavi avan nesans nou tibebe », dit Michael.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !