Faits Divers

À l’aéroport de Plaisance : deux passeurs épinglés avec 1,7 kilo d’héroïne 

Ndodana Mangena et Clara Rapson.

Mangena Ndodana, 44 ans, et Fatucha Clara Rapson, 40 ans, ont été épinglés avec des boulettes d’héroïne dans leur estomac à l’aéroport de Plaisance.

Les passeurs de drogue, de nationalité zimbabwéenne et mozambicaine, avaient respectivement 90 et 65 boulettes d’héroïne dans l’estomac. Après un exercice de pesage des boulettes purgées à l’hôpital, 772 grammes d’héroïne ont été récupérés sur Clara Rapson et 990 grammes sur Ndodana Mangena.  La valeur marchande des 1,7 kilo d’héroïne est estimée à Rs 25,5 millions. L’exercice de « controlled delivery » n’a rien donné de concret. 

C’est dans la journée du dimanche 27 octobre que les deux passeurs sont arrivés à l’aéroport de Plaisance, en provenance de Durban, Afrique du Sud. Les douaniers de la Customs Anti Narcotics Section (CANS) de la Mauritius Revenue Authority (MRA) ont pisté les deux passagers dès leur arrivée. Les passeurs ont été interceptés alors qu’ils tentaient de quitter l’aéroport par le biais du ‘Green Channel’, soit le passage emprunté par les passagers qui n’ont rien à déclarer. Pressés de questions, les deux passagers qui se sont fait passer pour des touristes, ont avoué qu’ils étaient au pays en tant que mules.

UN FAIT INÉDIT

Les limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) ont alors été alertés. Ils ont conduit Mangena Ndodana et Clara Rapson à l’hôpital Jawaharlal Nehru à Rose-Belle où ils ont purgé les boulettes de drogue sous supervision médicale.  Au final, 155 boulettes d’héroïne ont été récupérées. Lors de l’enquête, les deux mules ont avoué avoir avalé les boulettes de drogue en Afrique du Sud, mais les enquêteurs privilégient la thèse que les deux passeurs ne se connaissent pas. 

« Cette grande quantité de drogue saisie sur une mule est une première », confient nos sources proches de la CANS et de l’Adsu. Dans le passé, plusieurs mules ont été arrêtées. En général, on retrouve en moyenne un maximum de 500 grammes de drogue, sous forme de boulettes dissimulées dans l’estomac des passeurs. Or, dans ce cas, 155 boulettes ont été récupérées ! 

L’interrogatoire n’a pu déterminer si les deux mules seraient liées. Leurs auditions ont eu lieu séparément et les enquêteurs ont établi qu’ils ne souhaitaient pas coopérer. Deux appels téléphoniques reçus sur les téléphones des mules ont été interceptés, mais aucun rendez-vous n’a pu être établi. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !