Magazine

La Vallée des Couleurs : un parc d’attractions unique au monde

La Vallée des Couleurs a ouvert ses portes il y a vingt ans. En ce lieu où la nature est au summum de sa beauté, c’est le dépaysement assuré. Le parc offre une palette d’activités, surtout aux amoureux de sensations fortes. Reportage.

« Nous sommes sereins pour l’avenir. Nous voudrions atteindre 400 000 visiteurs par an d’ici 2020 »

Entourée d’un écrin de verdure, où on peut admirer un paysage pittoresque, La Vallée des Couleurs offre diverses activités, dont une ballade en pleine nature à la tyrolienne. Au fil des années, le parc s’est métamorphosé et de nouvelles activités ne cessent d’être proposées.

Vallée des Couleurs

Au début, la partie était loin d’être gagnée, mais heureusement Dame Nature a été clémente. Ce qui a permis au propriétaire de mieux exploiter ce terrain de plusieurs arpents. Actuellement, le parc accueille annuellement 100 000 visiteurs et le CEO de la Vallée des Couleurs vise plus haut. « Nous sommes sereins pour l’avenir. Nous voudrions atteindre 400 000 visiteurs par an d’ici 2020 », indique Asiff Polin.

L’aventure démarre en 1993, lorsqu’il décide d’acheter ce terrain de 450 arpents à son père Issaac à un bon prix. Celui-ci avait fait l’acquisition de ces terres auprès de la famille de Maroussem, propriétaire foncier engagé dans la culture de canne à sucre.

Vallée des Couleurs

Le père du CEO de La Vallée des Couleurs a bénéficié de facilités de paiement. La culture et la vente de canne à sucre ont permis à Issaac Polin de rembourser le prêt pour le terrain.

« J’ai toujours été conscient de la beauté paradisiaque des lieux. D’ailleurs, depuis l’acquisition de ces terres, j’ai toujours voulu exploiter une partie pour en faire une attraction touristique »

Quand Asiff Polin en fait l’acquisition, il espère tirer un bénéfice en l’exploitant. « J’ai toujours été conscient de la beauté paradisiaque des lieux. D’ailleurs, depuis l’acquisition de ces terres, j’ai toujours voulu exploiter une partie pour en faire une attraction touristique », relate-t-il. Coup de pouce du destin : en juillet 1998 lors des travaux de terrassement, des terres de 23 couleurs sont découvertes. Ce qui n’a pas manqué de faire grand bruit à l’époque.

Vallée des Couleurs

Trois mois plus tard, le parc ouvrait ses portes au public. Au fil des années, il a pris son envol et compte à ce jour plus de 150 employés. Le CEO est épaulé par ses trois fils dans la gestion du parc. L’aîné, Azhar, est General Manager, le cadet, Aazib, responsable de la maintenance et des projets et le benjamin, Ashfaaq, s’occupe du marketing et des opérations. « Ces vingt dernières années n’ont pas été faciles et surtout pas de tout repos. Mais aujourd’hui, on est parmi les meilleurs à Maurice », lâche fièrement notre interlocuteur.

Aujourd’hui, une panoplie d’activités est proposée au parc. Balade en quad, trekking, jardin d’enfants, ferme des animaux, musée géologique, des restaurants où on peut savourer des plats typiquement mauriciens, des visites à des cascades, des tyroliennes, dont celle de 1,5 km, qui est la troisième plus longue au monde, selon le maître des lieux, le pont suspendu de 350 mètres… Tout est réuni pour que le visiteur passe une agréable journée. Le parc a aussi diversifié ses activités. Des mariages et des sessions de team building y sont aussi organisés.

Vallée des Couleurs

Asiff Polin souligne que d’autres projets sont à l’agenda. Notamment, des loges en pleine nature, le jardin secret, le tunnel du temps (ayant trait à l’histoire géologique de Maurice) et un parcours de mini-golf. Plusieurs de ces projets verront le jour avant la fin de cette année.  

D’autres nuances de terres ont été découvertes en décembre dernier. Ce qui, encore une fois, ne manque pas d’attirer les amoureux de la nature. À la Vallée des Couleurs, la flore et la faune sont fascinantes. Le public peut aussi y découvrir des cateaux vertes, des pailles-en-queue, des plantes endémiques comme le bois d’ébène et le bois de natte. La carte de l’écotourisme est pleinement utilisée. Pour le CEO, on doit avancer doucement avec l’idée de garder la nature intacte.

Vallée des Couleurs

Il précise que l’aventure a nécessité beaucoup de sacrifices et une présence permanente. Selon Asiff Polin, dans la vie, il faut beaucoup de patience et faire preuve de persévérance. Il évoque, dans la foulée, le renom mondial de la Vallée des Couleurs. Il a accueilli des VVIP, notamment des princes, des footballeurs et des stars de cinéma.

Vallée des Couleurs

« Récemment, on a reçu une éminente personnalité de Dubayy. Elle était extrêmement contente d’être parmi nous. Elle nous a dit qu’il y a des tyroliennes dans son pays, mais qu’elles n’étaient pas comparables à celles du parc. On a aussi accueilli un prince de la délégation arabe. Il nous a confié qu’il a fait le tour du monde, mais qu’il n’a rien vu d’aussi joli que le parc. Ce qui nous motive à aller encore plus loin », indique-t-il.

Asiff Polin compte beaucoup miser sur le cadre idyllique et sur les services dispensés par un personnel dévoué. Et surtout, en donner au visiteur pour son argent.