Live News

La SIC ouverte à toutes les propositions : la privatisation des casinos de Maurice une réalité en 2022

« Toutes les options sont ouvertes quant au rachat des quatre casinos du pays », avance-t-on au niveau de la State Investment Corporation. Ce qui veut dire que la privatisation des casinos de Maurice se concrétise définitivement en 2022. « La sélection se fera à travers des critères très rigoureux. Il n’y aura aucune faveur », souligne-t-on.

Objectif pour 2022 : donner un nouveau souffle au secteur des jeux à Maurice à travers la privatisation les casinos de Maurice. Ce sont les déficits cumulés sur plusieurs années, dans trois des quatre casinos du pays, qui sont à l’origine de cette privatisation. La State Investment Corporation (SIC), à travers le gouvernement, veut à tout prix rendre profitable les casinos, tout en préservant l’emploi. Et la privatisation est la seule option.

La SIC, fait-on comprendre, est sur le point de nommer un Transaction Advisor qui aura pour tâche de mettre sur pied un plan comprenant des spécifications précises (offre financière, investissement, ou encore préservation d’emploi, entre autres) auxquelles les potentiels acquéreurs des casinos de Maurice devront impérativement se plier.

Faites vos jeux

La direction de la SIC envisage de considérer les demandes qui ont été lancées dans le passé par des hommes d’affaires, fait-on comprendre. Ces derniers, selon des renseignements, sont des Africains, Belges, Sud-africains et Indiens. Par exemple, en 2017, un consortium d’hommes d’affaires indiens étaient intéressés à racheter les Casinos de Maurice. Mais la direction d’alors n’avait pas donné suite à la demande bien que les casinos étaient déjà dans le rouge.

Valeur du jour, seul le Grand Casino du Domaine, situé au Domaine Les Pailles, est rentable. Les trois autres casinos, à savoir Caudan, Curepipe et Grand-Baie, sont toujours sous respiration artificielle. Car les nouvelles restrictions sanitaires imposant un maximum de 50 personnes dans les casinos semblent ne pas être en faveur de ce secteur d’activités.

Les demandes seront étudiées

Une fois de plus, le directeur de la SIC, Goolabchund Goburdhun, rappelle que « toutes les propositions sont ouvertes. Les investisseurs locaux ou étrangers sont invités à s’exprimer. Chaque demande sera étudiée au cas par cas. L’option d’un partenariat entre une compagnie locale et étrangère pour le rachat est également possible ». Et de préciser que « l’offre la plus juste remportera l’acquisition des casinos ».

Un autre cadre de la SIC fait ressortir que les casinos sont opérationnels, mais qu’il n’y a aucune profitabilité en raison de l’accès limité au nombre de joueurs, entre autres. Cependant, la privatisation permettra aux Casinos de Maurice de respirer, conclut-il.


Chiffres démontrant la chute des casinos de Maurice

C’est l’octroi de permis d’opérations aux gérants des maisons de jeux au début des années 2000 qui serait à l’origine de la chute des casinos de Maurice. La direction des casinos constate des signes de baisse de profitabilité vers 2006-2007. Pour preuve, le taux de clientèle a nettement diminué. C’était de 82 % de 2002 à 2003, 67 % de 2003 à 2004, 71 % de 2004 à 2005, 62 % de 2005 à 2006, 58 % de 2006 à 2007, 49 % de 2007 à 2008, 47 % de 2008 à 2009 et 40 % de 2009 à 2010. Valeur du jour entre 70 % et 80 % de la clientèle des casinos s’est tournée vers les maisons de jeux.

Autre facteur néfaste pour les casinos est la ‘gaming licence’ et autres taxes mensuelles (‘gaming tax’, taxe sur les ‘slots machines’, ou encore taxe sur les tables, entre autres) qui oscillent entre Rs 20 et Rs 30 millions. Résultats, une fois tous les frais encourus (déduction de la taxe mensuelle, les salaires des employés honorés, les factures, les frais des papiers, l’achat de la nourriture et des boissons pour les clients), la somme mensuelle est d’environ Rs 29 millions.


Les raisons de la chute

Outre la prolifération des maisons de jeux, d’autres raisons ont contribué à la chute des casinos de Maurice. Ingérence politique, clientèle infidèle, surplus de personnel, ‘overtime’ jugés « exagérés », création de postes « fictifs et improductifs », entre autres.

Ainsi, au début de l’année, la direction des Casinos de Maurice lance une bouée de sauvetage de la dernière chance : restructuration totale de l’organisme et plan de retraite anticipé. D’ailleurs, une cinquantaine d’employés ont exprimé le souhait de vouloir partir.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !