Xplik ou K

À la Santé à Candos : Azize Naharboo (79 ans) insulté, sa fille transférée

Hopital Candos Une fonctionnaire aurait fait usage de violences verbales et serait à l’origine du transfert de la fille du retraité.

Une responsable de département du ministère de la Santé se serait-elle rendue coupable d’agression verbale envers un membre du public ? M. Abdul Azize Mahmood Naharboo, un habitant de Quatre-Bornes de 79 ans dénonce le comportement de cette dame envers sa femme et lui-même. Le comble, dit-il, c’est que sa fille, Medical Social Worker, en aurait subi les représailles.

Les événements se seraient produits le jeudi 7 mars. La fille d’Abdul Azize Mahmood  Naharboo travaille comme « Medical Social Worker » à Candos. Elle aurait subi les conséquences d’un incident qui a opposé ses parents à une responsable. Le vieux monsieur de 79 ans a évoqué le cas sur les ondes de Radio Plus dans l’émission du jeudi 2 mai.

Selon le plaignant, il s’est rendu, accompagné de son épouse,  « sur le lieu de travail de sa fille pour lui rendre visite ». Une fois sur place, il a frappé à la porte du Candos Medical Services. « J’ai vu une dame et nous lui avons dit bonjour ».  Sa réaction, dit-il, fut surprenante : « Elle s’est déchaînée et tout en les couvrant d’injures, nous a sommés de vider les lieux. »

En racontant sa mésaventure sur les ondes, le vieillard a condamné une telle attitude. « Il est inadmissible que cinquante ans après l’Indépendance, une fonctionnaire (censée être au service du public) s’arroge le droit de traiter une personne âgée de la sorte… »

Les choses ne se seraient pas arrêtées là, car ce sera au tour de la fille de M. Naharboo de s’attirer les foudres de la même personne. Elle a en effet reçu une lettre de transfert à l’hôpital Jawaharlal Nehru à Rose-Belle. Depuis, elle a soumis officiellement une demande de congés. Deux mois se sont écoulés depuis qu’elle réclame des explications du ministère de la Santé sur ce transfert qu’elle considère « injustifié et punitif. »

 Une déposition a été consignée au poste de police de Quatre-Bornes. Le plaignant a pu rapporter les termes d’une rare violence utilisés par la fonctionnaire qui a expulsé son épouse et lui, lorsqu’ils sont arrivés à son bureau.

Les journalistes de notre rédaction ont tenté d’avoir des explications du ministre de la Santé sur le dossier. Ils se sont retrouvés face à un mur de silence. Abdul Azize Mahmood Naharboo a été invité à contacter de nouveau la radio, cette semaine, dans une ultime tentative de tirer cette affaire au clair et de clore cet incident dans les intérêts de toutes les parties, y compris de sa fille.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !