Actualités

À la rencontre des cachalots et des baleines

Mardi 9 octobre. Il est 5 h 30. L’équipe d’« Xplik Ou K – Enquête » se rend au Morne pour faire le point sur la présence des baleines dans les eaux territoriales mauriciennes. La question a été soulevée par le ministre de la Pêche, Prem Koonjoo, qui est d’avis qu’il n’y en a pas.

Le temps est clair, le ciel est bleu. La nature baigne dans une lumière divine. Sur place, nous rencontrons Vincent, un habitué des lieux. « Avez-vous déjà vu des baleines ici ? » demandons-nous. « Si j’ai vu des baleines ? Mais on en voit tous les jours ! Venez, je vous emmène là où on peut les voir », répond-il.

Nous embarquons à bord de son bateau. Nous filons vers les brisants, à environ 400 mètres de la plage. Quelques minutes après, nous voyons des dauphins s’ébattant joyeusement dans l’eau bleue. Ils sont près d’une vingtaine. Un spectacle à couper le souffle et qui décrit si bien la beauté de la vie marine !

Nous nous aventurons plus loin. Nous sommes maintenant à quelque 600 mètres du rivage, au large du Morne. C’est l’extase. Nous rencontrons une première baleine. Elle mesure dans les 20 mètres. Ce qui confirme la présence du mammifère dans les eaux mauriciennes. Au total, nous verrons une quinzaine de ces mammifères en train d’éclabousser les vagues.

Selon Vincent, la présence de ces baleines représente une grosse attraction pour les touristes. D’ailleurs, nous pouvons le constater nous-mêmes : ils se sont déplacés en nombre pour les admirer. Outre les dauphins et les baleines, on peut aussi voir des cachalots.

La confirmation de la présence des baleines dans les eaux territoriales mauriciennes ravive la peur des pêcheurs et des amoureux de l’environnement marin en ce qui concerne l’accord de pêche signé par le gouvernement mauricien avec le gouvernement japonais. Ces derniers laisseront-ils les baleines tranquilles ? Ils en doutent.

« Ces mammifères viennent mettre bas dans nos eaux. Elles font partie de l’écosystème. Le gouvernement mauricien doit s’assurer que les baleines sont protégées. Mais qu’est-ce qui garantit qu’elles ne seront pas prises dans les filets des Japonais ? Seront-elles relâchées si c’est le cas ? » demande Vincent.

Pour lui, comme pour tous les défenseurs de l’environnement marin, il est impératif que le gouvernement mauricien rende public l’accord conclu avec le gouvernement japonais. Il fait un appel au Premier ministre.

Sollicité pour une déclaration après qu’on l’ait mis en présence de notre reportage vidéo, le ministre de la Pêche a fait savoir par son attaché de presse qu’il nous répondrait par courriel.

« The Honorable Minister is very well aware of the presence of whales off our lagoon. With fear that his comments might be misinterpreted like last time, we stick to this statement », peut-on lire dans sa communication officielle.

Deven Anacootee/Raj Bissessur