Actualités

La Middle Temple Association : «Plus de transparence dans la nomination des juges et magistrats»

Rashad Daureeawo La Middle Temple Association a tenu un point de presse le lundi 15 octobre 2018.

La Middle Temple Association plaide pour plus de transparence dans la nomination, la sélection et l’éligibilité des « Judicial office holders » comprenant aussi des magistrats et des juges.

«Toutes les personnes dans ce système doivent savoir, avec raison, qui a été nommé », affirme Me Rashad Daureeawo, Senior Counsel et président de la Middle Temple Association. Ce dernier et quelques membres exécutifs de l’association ont tenu un point de presse, le lundi 15 octobre.  Il a été question de plus de transparence concernant la nomination des « Judicial office holders », la modernisation de la Mauritius Bar Association Act, une révision de la « Legal Aid Scheme » et le bien-être des membres du barreau.

Le président de la Middle Temple Association, Me Rashad Daureeawo, Senior Counsel  a cité les procédures établies en Angleterre, en Écosse et en Irlande où il y a une instance jaugeant les juges ou magistrats sur leur conduite.

Le Senior Counsel a fait état de la « Judicial Appointment Commission » qui s’assure qu’il y ait de la diversité dans les nominations. Il a lancé un appel aux autorités pour qu’elles amendent les procédures de nomination, pour qu’un représentant du Bar Council, un autre de la Law Society, un ou deux Senior Counsels siègent avec les autres juges pour avoir une diversité d’opinion avant de procéder à toute nomination. 

« C’est une minorité qui se classe dans ce « judicial conduct » et dont le caractère rend la vie des Juniors amère », estime Me Rashad Daureeawo. Ce dernier préconise aussi la mise sur pied d’un « Judicial Conduct Investigation Office », instance qui existe en Angleterre pour l’analyse des plaintes officielles, contre la conduite des juges qui ne font pas honneur à la profession.

« Les avocats doivent avoir un environnement de travail propice. Des membres du barreau souffrent de dépression, d’anxiété ou de crises d’angoisse. On ne souhaite pas que les membres du barreau subissent un tel sort et ne veuillent plus se rendre au tribunal. »

L’association recommande que la Mauritius Bar Association Act soit modernisée pour apporter plus de « punch » pour assurer le bon fonctionnement de l’association. « Nous apporterons notre soutien au Bar Council quand il le faut », ajoute Me Rashad Daureeawo.

La secrétaire de l’association, Me Doordarshini Busgeet a abordé le « Legal Aid Scheme ». Elle demande que la situation soit revue et que les avocats perçoivent un « reasonable fee ».