Live News

La douce voix de Saivaani, 10 ans, s’est éteinte

Saivaani était pour certains de ses proches un enfant miracle.

Saivaani Aunatooa, du haut de ses 10 ans, aura marqué tous ceux qui l’ont connue. Cette enfant de Circonstance (Saint-Pierre), dotée d’une voix mélodieuse qu’elle consacrait aux chants religieux, s’en est allée sur la pointe des pieds. Opérée lundi à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo pour une appendicite, elle a rendu son dernier souffle mardi. 

Pour les parents de la petite, le personnel soignant de la salle où elle était admise a fait preuve de négligence. Alors que Saivaani vomissait et se tordait de douleur, selon ses proches, leur requête pour qu’un médecin vienne auprès d’elle n’a pas abouti. Quand la patiente a été prise en charge, il était déjà trop tard. 

Dans le morcellement Frangipanes, à Circonstance, le temps s’est arrêté. Avinash et Parvatee, les parents de Saivaani, sont meurtris par cette douloureuse disparition. « Li ti vini pou enn misiyon. Linn mor zis zour nesans Sai Baba (Ndlr : le 23 novembre) », lâche avec peine son papa. 

C’est au sein d’une famille très pieuse que Saivaani a vu le jour. Elle avait deux grandes sœurs, Tejvaani et Lakshmi. « C’était une enfant ‘miracle’. Dans le ventre de sa maman, elle réagissait déjà au son d’un chant religieux que nous chantons souvent. Un jour, elle n’avait pas deux ans, elle a entendu cette chanson et s’est mise à danser. Et c’est lors d’une visite à Ganga Taloa qu’elle a fait ses premiers pas », se souviennent ses parents.

« Un jour, j’étais à l’étage lorsque j’ai entendu une voix fredonner une chanson. J’ai demandé à mon épouse d’où provenait cet air si doux. J’ai été surpris de constater que c’était ma petite. Elle avait un don exceptionnel », raconte son père, qui dès lors l’a emmenée avec lui aux séances de prières. 

« À trois ans, elle a commencé à chanter en public, avec beaucoup d’assurance. Cela faisait chaud au cœur. Ses chants ont fait pleurer de nombreux dévots et les ont touchés spirituellement. Cette année, elle a participé à une prière qui durait 24 heures », confie avec fierté Avinash. 

La petite entretenait une grande complicité avec ses sœurs, âgées de 18 et 20 ans. Fan de TikTok, elle partageait régulièrement ses interprétations en solo ou en compagnie de ses aînées. « Pour son âge, elle était très mature et débrouillarde. Elle donnait même des conseils à ses sœurs sur comment s’habiller », explique sa maman Parvatee.

Saivaani avait aussi un cahier où elle dessinait tout ce qu’elle ressentait. Ce n’est qu’après son décès que ses parents en ont appris l’existence. « Un responsable de son école nous a rendu ce cahier. Nous ne savions pas ce qu’il contenait », nous disent ses proches. Sur une page, la fillette avait dessiné son père et sa mère. Elle y avait écrit : « Our life is the best ». 

Une autre page a soulevé une vague d’émotions chez ses parents et ses sœurs. Saivaani avait dessiné un soleil, des nuages, un gâteau, un smiley et une fleur avec un sourire. Dessus, elle avait écrit : « Happy New Year 2023, Our New Life ».  En voyant cela, la famille a fondu en larmes. 

Après la mort de Saivaani, les hommages se sont multipliés sur les réseaux sociaux. « You know best. Saivani means Sweet Voice of Sai. Sai needed His Sweet Voice, so He chose to take her back home on this blessed day. Blessed you are little angel Saivani. You will always be remembered. We are with you bro Avinash & family. Never forget that you are Swami Soldiers Rajcoomar Aunatooa and Our Sai Maa always take care », peut-on lire dans un des posts publiés sur Facebook.
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !