Actualités

À la douane : les Affaires étrangères lancent un projet à l’insu de la MRA

mra

Le ministère des Affaires étrangères veut que la Mauritius Revenue Authority (MRA) utilise le Big Data pour l’aider à mieux traquer les colis suspects qui doivent être inspectés par les officiers de la douane. Le ministère est actuellement à la recherche d’un consultant qui pourra former les officiers de la douane dans le domaine, avec l’aide financière de la Southern African Development Community (SADC). Mais il semble que personne à la MRA ne soit au courant de ce projet des Affaires étrangères…

C’est d’abord le service de communication de la MRA qui laisse transparaître son étonnement lorsque le Défi Quotidien va à la recherche de plus amples explications sur le projet. « Nous ne sommes pas au courant de cela. Il faudrait voir avec les affaires étrangères. » Un autre appel au directeur de la MRA en personne, Sudhamo Lal, donnera le même résultat. « Il faudrait poser la question au ministère, je ne me souviens d’aucun projet en ce sens », explique-t-il.

Nous n’avons pu obtenir de commentaire du ministère des Affaires étrangères sur le projet, mais le document d’appel d’offres justifie l’utilisation du Big Data. Référence est aussi faite au « need for MRA Customs to move to use Big Data Analysis for more efficient and effective targeting of consignments and passengers is strongly being felt. » Un besoin qui se fait ressentir par le volume grandissant de transactions que doit traiter la douane et par l’impératif de facilitation du commerce notamment à travers l’objectif fixé de n’examiner que 5 % du trafic.

Les Affaires étrangères veulent donc proposer une liste de six potentiels consultants dont un sera retenu afin de « train officers in the use of Big Data Analytics in the Customs environment to target suspicious consignments/passengers for physical examination using information from Internal and External Information Systems as well as databases ». Les données doivent être utilisées pour identifier les risques plus facilement, notamment à travers l’utilisation d’algorithmes. Le Big Data est également censé aider les officiers de la douane à être plus efficaces dans les décisions prises au quotidien.

La principale préoccupation de ce projet est plutôt la facilitation du commerce. Le financement de la SADC a été obtenu à travers le Trade Related Facility, une initiative lancée le 14 août 2017. Il s’agit d’un mécanisme de soutien financier et technique aux États membres de la SADC, afin de mettre en pratique le protocole du SADC sur le commerce.