Live News

La détresse de Loreze Momus : « Je veux rentrer pour être aux côtés de mon fils »

Loreze doit compter sur des dons pour avoir à manger.

À 50 ans, Loreze Momus avance n’avoir jamais connu une telle souffrance de toute sa vie. Vivant seule avec son fils de 14 ans à Rodrigues, elle pensait venir à Maurice pour une semaine uniquement, pour un contrôle médical. Sauf que, depuis le 5 mars, elle est retenue ici. La situation est de plus en plus difficile pour elle. Elle pleure de ne pas pouvoir être avec son enfant. 

Assise dans la   maison de sa sœur à Pointe-aux-biches, Loreze Momus est en pleurs. Elle vient de parler à son amie de Rodrigues, qui l’a informé que son fils n’allait pas bien. « Il pensait que je rentrais cette semaine, mais on a appris que le vol a été annulé. Li bien down », pleure-t-elle. Ce dernier habite seul avec sa mère au village de Soupir, Rodrigues. Loreze l’a laissé avec sa fille aînée pour une semaine uniquement, mais elle n’a pas pu rentrer à ce jour. 

 Nou pe soufer. Mo zanfan pe fer depresion. Li ena zis mo tousel. Donn mwa permision retourn dan mo zil "

La raison ayant conduit Loreze à Maurice, ce sont les douleurs qu’elle ressentait au sein depuis quelque temps. « J’en avais parlé avec mes proches et ceux-ci m’ont dit de ne pas être négligente et de prendre un rendez-vous avec un spécialiste. » 

Elle explique qu’elle est analphabète et ne travaille pas. « Ek mo ena ban problem lasante. » Divorcée de son ex mari, qui est aujourd’hui décédé, le seul revenu de Loreze, c’est une aide sociale. « Mo pa konn lir, mo pa konn ekrir, me mo fer zefor. Mo pa pares. Mo nouri zanimo dan lakour ek mo debrouye pou mo garson ek mwa kapav viv », dit-elle. Ainsi, pour qu’elle puisse se déplacer vers Maurice, ce sont des proches qui ont contribué pour lui acheter un billet. 

C’est ainsi qu’elle est arrivée à Maurice le 5 mars et devait reprendre l’avion une semaine plus tard. L’annonce de la fermeture des frontières a fait l’effet d’une bombe. « Mon fils, qui est en Grade 9, devait prendre part aux examens du National Examination Certificate (NCE). Il a commencé à paniquer. Il ne voulait pas se rendre aux examens. Li finn santi kouma dir mo finn abandonn li, alor ki se enn moman inportan pou li ek li ti bizin mwa. Mem si mo pa kapav ed li pou so devwar ek so bann revizion, mo prezans li ti bien inportan pou li. » Elle ajoute que sa fille aînée, qui est mariée, habite aussi Rodrigues mais va bientôt accoucher. « Heureusement que j’ai une amie qui soutient mon fils quand il est vraiment mal en point. Nou abit ansam, tousel nou toulede, sa separasion la fasil ni pou li ni pou mwa. » 

 Fer plis ki de mwa nou la. Aret fer nou mizer. Sa fer nou dimal toulezour "

Loreze a donc élu domicile chez sa sœur à Pointe-aux-biches pour le moment. « Linn bien zanti, li bien akeyir mwa. » Cependant, elle explique que sa sœur se trouve également en difficulté financière. Elle compte aussi sur une aide sociale et a des enfants. Son fils vient de décider d’arrêter l’école en grade 11 pour aller travailler et aider sa mère à joindre les deux bouts. « Et moi, je suis là, sans le sou, à ne pas pouvoir lui apporter de l’aide. » 

Elle explique qu’elle doit compter sur quelques dons afin d’avoir de quoi manger. « La plipar ditan nou manz enn sel repa par zour. Si manze gramatin, pa manze tanto, bizin swazire. Ek avek mo bann problem lasante, mo gayn ban douler lestoma. Mo oblize aksepte sa mizer la. » Elle explique qu’à Rodrigues, elle peut se débrouiller pour la nourriture avec ce qu’elle a dans la cour. « Nou manz patat, nou manz seki ena. Me isi kan pena nanie, pena nanie mem. » Elle est donc très reconnaissante envers toutes les personnes qui connaissent sa peine et qui lui apportent de quoi manger de temps en temps (soit l’activiste social Jameel Peerally ou la fondation Shakeel Moossun). « Mo pou touzour mazinn zot, mem kan mo pou retourn dan Rodrigues », dit-elle. 

Elle lance un cri du cœur aux autorités afin de pouvoir rentrer. « Fer plis ki de mwa nou la. Aret fer nou mizer. Sa fer nou dimal toulezour. » Elle se consolait à l’idée de rentrer bientôt, mais il semblerait que ce n’est pas de sitôt qu’elle pourra quitter Maurice. « Monn mem al plore dan Air Mauritius. Zot dir mwa zot pa kapav fer nanie, gouverna ki deside. » Elle veut donc lancer un appel au Premier ministre. « Nou pe soufer. Mo zanfan pe fer depresion. Li ena zis mo tousel. Donn mwa permision retourn dan mo zil. Kifer pe pini nou koumsa ? nou pou respekte tou ban kondision ki zot dir, me retourn nou kot nou. » 

 Heureusement que j’ai une amie qui soutient mon fils quand il est vraiment mal en point "

Entre-temps, c’est dans les bras de sa sœur et de ses enfants qu’elle tente de trouver un peu de réconfort. Cette dernière se dit également impuissante devant la détresse de sa sœur, ne sachant plus quels mots employer pour réconforter Loreze. Elle explique aussi que la nourriture est très limitée. Toute personne qui voudrait les aider peut envoyer un message au 5256 5154. 

  • Shell Fuels

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !