Live News

Kewal Nagar : sur un air de campagne électorale, Ramgoolam dévoile ses promesses

Le double évènement se voulait symbolique pour les rouges : les 120 ans de naissance de Sir Seewoosagur Ramgoolam (SSR) et le centenaire de naissance de Sir Satcam Boolell. L'occasion pour le PTR de réunir ses partisans ce dimanche à Kewal Nagar, lieu de naissance de SSR, considéré comme le père de la Nation, à travers l'hommage aux deux figures de proue du parti.    

Mais l'évènement se voulait aussi bien évidemment politique dans la conjoncture actuelle après les deux récentes marches citoyennes, lesquelles ont vu défiler des milliers de manifestants dans la rue. C'était aussi le grand retour du leader des rouges, Navin Ramgoolam, dans la circonscription n° 10 (Grande-Rivière-Sud-Est/Montagne-Blanche), où il a mordu la poussière aux législatives de novembre 2019.

C'est dans ce contexte que Navin Ramgoolam a tenu son discours. Un discours long de 90 minutes qui ressemble à ceux qu'on entend habituellement lors des campagnes électorales. Le leader du PTR en a profité pour sortir l'artillerie lourde sur le gouvernement, plus particulièrement le MSM. «Tou politisyen pa parey, PTR diferan», a-t-il lancé,  dans une harangue à la foule.
 

Ramgoolam

Navin Ramgoolam maintient que les dernières élections générales « ont été truquées ». Accusant ses adversaires d'avoir recours à des « tactiques dilatoires », il a réclamé que les pétitions de l'opposition soient entendues dans les plus brefs délais.

Affirmant que le PTR est le seul « parti national »,  il ajoute que « eleksion derier laport ». Non sans avoir accusé les adversaires du PTR de jouer la « carte communale » et les autorités de restreindre la liberté des Facebookers.

Les propositions de Ramgoolam

Sur un air de campagne électorale, Navin Ramgoolam a poursuivi son discours, ponctué des « b... li deor » de l'assistance, en énumérant les changements qu'il souhaite apporter s'il revient au pouvoir.

Parmi ses engagements, une loi antitransfuge afin que les politiciens ne changent pas de camp comme bon leur semble, l'introduction d'un Economic Offenders Bill ; l'institution d'une commission statuant sur « la prise de contrôle de l'État (State Capture) comme cela s'est fait en Afrique du Sud ; la révision des Standing Orders autour de la Private Notice Question (PNQ) afin que le leader de l'opposition ait suffisamment de temps pour poser sa PNQ ; la mise sur pied d'un Select Committee pour encadrer le processus de nomination lorsqu'il s'agit de postes-clés. Navin Ramgoolam a, dans la foulée, affirmé être en présence d'une proposition pour la mise sur pied d'un sénat avec un ancien juge à sa tête.

Ramgoolam

Autres propositions du leader du PTR : empêcher qu'un candidat battu aux législatives puisse exercer le poste de Speaker. Par contre, on doit donner la possibilité de poser des questions au Parlement sur des corps-paraétatiques qui reposent sur l'argent des contribuables. Il faut aussi, ajoute-il, revoir les critères de nomination de l'Attorney General.

Navin Ramgoolam propose également un hôpital pour les dames et un autre pour les hommes. Il est d'avis qu'il faut sanctionner sévèrement ceux qui maltraitent les animaux.

A la fin de son discours, Navin Ramgoolam a invité les jeunes à se joindre au PTR : « Mo pa la eternel. Mo dan en period tranzisyon. Nou zeness se nou lespwar », a-t-il lancé.


Ramgoolam

Ce discours, le leader du PTR l'a tenu devant l'état-major rouge, d'anciens dirigeants de ce parti, et un parterre d'anciens ministres, travaillistes ou non : l'ancien président de la République Kailash Purryag, l'ancien vice-président Raouf Bundhun, l'ancienne présidente Ameemah Gurib-Fakim, les anciens ministres Michael Glover, Joseph Tsang Mang King et Armoogum Parsuramen. Rajen Narsinghen, chargé de cours à l'Université de Maurice était aussi là.

Ameenah

Les deux autres partis de l'opposition, le MMM et le PMSD ont délégué leurs représentants à Kewal Nagar. Les bleus étaient représentés par Salim Abbas Mamode, Khushal Lobine et Richard Duval, les mauves par  Ajay Guness.

Autre présence qui n'est pas passée inaperçue : celle du vice-président de la Voice of Hindu, Navin Unoop.

Unoop

C'est en demandant aux partisans rouges de « gard linite » que Navin Ramgoolam a terminé son discours. Avant de quitter l’assistance dans un bain de foule.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !