Interview

Kevin Ramkaloan CEO de Business Mauritius : «avec la globalisation la concurrence s’intensifie»

Kevin Ramkaloan, CEO de Business Mauritius, évoque les divers projets de la fédération des patrons dont la création d’un ‘National Business Sector Road Map’. Et tire la sonnette d’alarme.

Business Mauritius s’est fixée plusieurs objectifs. Quels sont-ils?
Business Mauritius est une association indépendante qui représente plus de 1200 entreprises locales et, par leur intermédiaire, une portée nationale, régionale et internationale.

C’est l’organe de coordination et le porte-parole des entreprises locales. On fournit des services qui soutiennent les progrès des entreprises et de la communauté. L’enseigne est issue de la fusion, en octobre 2015, de deux associations professionnelles, à savoir la Mauritius Employers’ Federation et le Joint Economic Council. S’appuyant sur plus de 50 années d’expérience cumulées d’accompagnements stratégiques auprès d’entreprises locales de multiples façons, Business Mauritius reste concentré sur trois objectifs stratégiques : l’engagement de business dans le ‘National Economic Development’, développer des ‘Social Capital’ et promouvoir une ‘Sustainability and Inclusive growth’.

On a pour mission de faire entendre la voix de nos membres. Notre force réside dans notre capacité à comprendre les défis du monde des affaires, à relier les bonnes personnes, à être présent dans les bons forums au bon moment. On participe de manière proactive à la formulation des politiques pour aider à trouver les bonnes solutions. Je tiens à souligner qu’avec la collaboration de SME Mauritius, il y a des axes de développement sur l’emploi, la santé, l’économie inclusive, l’éducation.

Quelles sont vos priorités à la tête de Business Mauritius ?
De nombreux projets ont été évoqués lors de nos derniers ‘Annual General Meetings’. D’ailleurs, on est dirigé collectivement par 17 membres qui forment le conseil de l’association, qui encadre l’équipe opérationnelle. Les projets sont notamment l’économie inclusive, le ‘Social Capital’ (relation employés/employeurs), le développement durable et la croissance inclusive.

Je souhaite créer un ‘National Business Sector Road Map’ pour rassembler les opinions de tous les membres de Business Mauritius. Nous avons de nombreux projets, dont la démographie liée à la ‘workforce’ et la connectivité. En ce qui concerne le ‘Social Capital’, on veut professionnaliser la fonction des ressources humaines, voire promouvoir l’économie circulaire, relative au développement durable et la croissance inclusive, c’est-à-dire les résidus d’une entreprise peut effectivement devenir les matières premières pour d’autres sociétés.

Certains entrepreneurs font face à des défis sur l’exportation. Comment Business Mauritius peut-elle les aider ?
Avec la globalisation, la concurrence s’intensifie. Il y a une série de mesures pour veiller que les manufacturiers mauriciens ne soient pas désavantagés sur le marché. En étroite collaboration avec diverses institutions, on accompagne les entreprises mauriciennes dans le renforcement de leurs capacités pour qu’elles opèrent avec professionnalisme et efficacité. Le but est d’assurer une meilleure compétitivité globale avec plus d’innovation.