Interview

Kavi Ramano, élu démissionnaire du Mouvement patriotique : «Mon engagement politique se fera sans compromis»

Kavi Ramano

Élu sous la bannière du Mouvement militant mauricien en décembre 2014, Kavi Ramano a rejoint le Mouvement patriotique. Indépendant depuis peu, il cultive le flou quant à un éventuel retour aux côtés de Paul Bérenger.

Dix-neuf mois après avoir quitté le MMM, vous claquez la porte du MP. Que s’est-il passé ?Le MP a été créé avec une philosophie de base, le socialisme, et sur une direction collégiale.

« L’indécision, le laisser-aller et la culture de l’ambiguïté politique ont fini par faire exploser le parti »

L’idée était de faire la politique autrement, de ne pas avoir de leader suprême et de valoriser les opinions de tous. Je l’ai dit : le programme politique présenté le 10 juillet lors du premier anniversaire du parti n’était pas une œuvre collective. C’est un fait que l’indécision, le laisser-aller et la culture de l’ambiguïté politique ont fini par faire exploser le MP.

Alors que vos camarades accusent Alan Ganoo d’être un clone de Paul Bérenger, vous parlez d’indécision et de culture de l’ambiguïté…
Je ne fais pas de politique sur une question de personne. Je m’abstiendrai de toute comparaison. Il y a un problème au niveau de la présidence du MP. Je m’en tiendrai à mes précédents propos.

Allez-vous réintégrer les rangs du MMM ?
Il est vrai que des camarades que j’ai côtoyés durant 30 ans au MMM souhaitent la réconciliation de la grande famille militante. Ces démarches se sont faites persistantes après la démission de Zouberr Joomaye du MMM. Nous en sommes restés là. Ma priorité reste une consultation de toutes les franges de mon électorat au n° 18. Une partie de mon électorat n’adhère pas à la politique partisane. Elle défend jalousement une indépendance politique. Il me faut être à son écoute. Mon engagement politique se fera sans compromis au communalisme, encore moins aux organisations sectaires qui gravitent autour des partis.

Zouberr Joomaye a lancé un appel aux politiciens de la jeune génération à travailler ensemble, n’est-ce pas ?
La classe politique doit avoir le courage d’expliquer à un collégien ou à un étudiant que ses chances d’être embauché dépendent de la texture de ses cheveux, de la couleur de sa peau… Et s’il est dans les petits papiers des politiciens en se rendant aux Citizens Advice Bureau tous les mercredis pour réclamer un piston. Ne nous étonnons donc pas que les jeunes boudent la politique. Depuis le scrutin de 2014, les Mauriciens sont de moins en moins des partisans politiques. Je suis un homme de conviction, l’idolâtrie n’est pas mon fort…

Le MP a pourtant été très mou dans l’opposition...
C’est la raison principale de l’éclatement du parti. Il faut mener une opposition constructive et non cultiver une certaine ambiguïté. Le bilan du gouvernement doit s’apprécier à plusieurs niveaux. Le Brexit va influencer notre économie au niveau du textile et du tourisme. Le manque à gagner sera de Rs 750 millions, soit 9 % de nos exportations. Le ministre des Finances a prévu un taux de croissance de 4,1 %. Il ne dépassera pas 3,7 % selon la Chambre de commerce. Il faut un taux d’investissement public de 25 % pour avoir un effet boule de neige sur le privé. L’un des handicaps du gouvernement, c’est la mise en œuvre des mesures budgétaires. L’investissement direct étranger est en chute libre. L’endettement des ménages préoccupe. L’enregistrement de 13 267 familles avec moins de Rs 6 200 de revenus doit nous interpeller. Des mesures coordonnées sont essentielles pour combattre la pauvreté après le flop du programme Love Bridge l’an dernier.

Pas d’intégration non plus au MSM ou au PTr ?
Je ne suis en contact avec aucun parti politique. Mon souci principal, c’est de consulter l’électorat de Belle-Rose/Quatre-Bornes.

  • Mauritius Finance

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !