Bollywood

«Karwaan», un road trip peu conventionnel

Avinash Rajpurohit (Dulquer Salmaan, la coqueluche de Mollywood) n’a jamais été proche de son patriarche. Alors qu’ils partageaient le même toit, la plupart de leurs disputes tournait autour du style de vie du jeune homme. Lorsqu’il reçoit un appel d’une société de fret lui annonçant la mort de son père, Avinash ne sait pas comment réagir, comment tout oublier et faire le deuil d’un homme qui ne l’a jamais soutenu dans ses décisions ?

Toutefois, par respect pour le défunt, Avinash opte pour une cérémonie funèbre sereine à Bengaluru. Or, voilà que la société lui livre le corps de la grand-mère de Tanya par mégarde et se dédouane de toute responsabilité éventuelle. Avinash n’a pas d’autres options que de se rendre chez la famille de Tanya (Mithila Palkar) à Kochi pour reprendre le corps de son père et rendre à l’autre famille endeuillée, celui qu’on lui a erronément remis.  Notre héros est accompagné dans sa mission par son ami, Shaukat (Irrfan Khan), personnage qui rendra rocambolesques l’excursion et le film. Tanya les rejoindra en route, malgré le mécontentement de Shaukat. C’est Avinash qui se voit, malgré lui, forcé à aider ses deux compagnons à enterrer la hache de guerre pour que leur excursion passe en ordre.

L’histoire d’Akarsh Khurana est, certes simple, mais les personnages, leurs gestes et manies et les péripéties étoffent le film. D’une manière très subtile, les valeurs et les messages, telle la relation tendue que partagent père et fils, le conflit des générations et le deuil sont abordés en toute simplicité sans en faire toute une histoire ou de façon à faire la leçon à la jeune génération.

Comme Shaukat dans « Karwaan », Irrfan Khan vole, certainement, la vedette. C’est peut-être le talent de la star qui a rendu son rôle sympathique, malgré sa maladresse, sa xénophobie et son machisme. L’histoire explore brièvement le côté sentimental de Shaukat qui tombe amoureuse d’une femme, mais il tombera des nues en apprenant que sa bien-aimée est déjà mariée.

Dulquer Salmaan qui y a fait son baptême de feu au cinéma indien est tout aussi impressionnable en tant que protagoniste du film. Quant à Mithila Palkar, elle incarne la pétillante Tanya avec une formidable aisance. Malgré son rôle limité dans le film, Amala Akkineni, qui joue le rôle de la mère de Tanya, est captivante.

L'alchimie entre Avinash et Mithila est, certes, palpable quoique le réalisateur a jugé mieux de ne pas donner suite à cette possibilité, préférant les peindre comme deux amis. Papon y interprète le morceau « Ae Mohtarma – Earthquake » et les paroles simples tantôt en hindoustani, tantôt en anglais, ne font que souligner la simplicité de « Karwaan ». Pour faire le parallèle, le road trip qu’on nomme « La vie » ne passe jamais comme prévue. Des aventures, des pauses inattendues et des tournures parfois désagréables se glissent ici et là et semblent parfois ralentir notre trajet. Mais en fin de compte, c’est la compagnie et les moments créés dans ce processus qui le rendent plus mémorable.

Avec : Dulquer Salmaan, Irrfan Khan, Mithila Palkar et Amala Akkineni
Sortie : 2018
Atouts : Les personnages, les uns plus intéressants que les autres, les péripéties, le paysage de Kochi (Kerala)
Verdict :  4/5