Actualités

Judiciaire : le chef juge Eddy Balancy promet d’être un homme de terrain

Le nouveau numéro un de la Cour suprême s’est dit horrifié par l’état de la BRC.

Le nouveau chef juge, Eddy Balancy, a tenu une conférence de presse, le vendredi 5 avril 2019. C’était à la salle de conférence de la Cour suprême. Il a fait le constat d’un premier état des lieux et promet d’être physiquement sur le terrain pour faire bouger les choses. 

«Je serai un chef juge de terrain et pas uniquement dans mon fauteuil», a déclaré Eddy Balancy. Il tenait une conférence de presse aux côtés de la Deputy Master and Registrar de la Cour suprême, Raatna Seetohul-Toolsee, et des juges Véronique Kwok Yin Siong Yen et Patrick Kam Sing, et des principaux responsables du judiciaire. 

Il a fait état de six projets qu’il considère prioritaires. D’abord, un constat. Il a indiqué avoir effectué une visite surprise  à la Bail and Remand Court et s’est dit « horrifié » par l’état de «décrépitude» du mobilier de cette salle d’audience sise à la New Court House. Le chef juge promet qu’il « gardera la BRC à l’œil  » et veillera à ce que le nécessaire soit fait d’ici deux semaines pour remédier à la situation.   Le numéro 1 de la Cour suprême est d’avis qu’il faut rehausser la dignité et le prestige des juges. Dans cette optique, il a demandé aux juges et aux magistrats de lui faire un résumé de leurs bagages professionnels avec photo. Il dit également compter sur la presse pour vulgariser la profession. 

« Affaires frivoles : s’abstenir »

Il a évoqué la construction du nouveau bâtiment de la Cour suprême et a fait état de sa rencontre avec le Project Manager du chantier, qui l’a assuré que le bâtiment sera prêt avant décembre,  peu avant la Noël. S’agissant du contrat pour le mobilier de la nouvelle Cour suprême, le chef juge a soutenu que « nous voulons avoir des meubles qui seront à la hauteur du prestige de la Cour suprême, je laisse  aux autorités concernées le soin de décider s’ils prendront en compte nos demandes. » 

Abordant l’état de l’actuelle Cour suprême, il dit s’être concerté avec les autorités concernées pour que les réparations soient effectuées avant le 26 avril 2019. 

Il a également annoncé six autres projets qu’il compte lancer. D’abord, une refonte des opérations de la bibliothèque de la Cour suprême. « Il faudra restaurer certains documents qui sont réduits à l’état de poussière. Il faut avoir le budget pour cela ». 

Le nouveau numéro un de la Cour suprême a également annoncé plusieurs mesures, parmi celle concernant les Legal Fees and Cost qui entreront en vigueur à partir du 1er juillet 2019. Mesure qui vise à décourager  « les affaires frivoles ». Il a dans cette même veine déclaré que « vous serez étonné du nombre de cas civils en cour. Les gens ont cette manie d’aller en cour". « Vous venez avec des affaires frivoles, vous en subirez les conséquences », a-t-il avancé à l’adresse de ceux qui abusent de certaines procédures légales. 

Autre problématique qu’il a qualifié de « cancer à soigner » est le « recours excessif » de certains avocats seniors à des jeunes avocats pour les remplacer. « Le plus souvent, les juniors ne sont pas formés à identifier les points litigieux. C’est une des causes de lenteur», dit-il. Il prévoit pour bientôt un atelier de travail interne sur la thématique « comment écrire de meilleurs jugements ». 


Le GM rompt toute communication avec le comité

Le bureau de l’Attorney General n’a pas tardé à réagir à la déclaration de Stéphane Gua, accusant Maneesh Gobin d’avoir menti concernant les intentions du chef juge. Un communiqué a été émis à 21h00 vendredi du bureau de ce dernier, indiquant que « le gouvernement rompt la communication avec le comité » suite à cette déclaration de Stéphane Gua. Le communiqué précise cependant qu’il « poursuit son travail en toute sérénité et prendra toutes les mesures nécessaires le temps venu. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor