Explik Ou Ka

Judex Rampaul, président du syndicat des pêcheurs : «Nous demandons la démission du ministre Koonjoo»

Le président du Syndicat des pêcheurs Judex Rampaul demande la démission du ministre de l’Économie océanique, des Ressources marines de la Pêche et des île extérieures, Prem Koonjoo.

« Il y a de gros problèmes au sein du ministère. Rien n’avance. Pourtant, ce ministère est censé s’occuper de l’économie bleue, une zone économique immense. Le ministre semble patauger dans la léthargie », avance-t-il.

«Soit le ministre de la Pêche est mal conseillé, soit il n’arrive plus à prendre les décisions qui s’imposent. Les décisions, s’il y en a, semblent prises par ceux qui l’entourent », estime Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs. « Si c’est comme ça, nous demandons la nomination d’une autre personne plus à l’écoute de nos doléances à ce portefeuille de la pêche et de l’industrie océanique. Il nous faut une personne dynamique qui prenne des décisions innovantes. Le secteur de la pêche fonce droit à sa perte, en l’absence de mesures nouvelles ! », assure Judex Rampaul.

Sans revenu

« La communauté des pêcheurs est très remontée contre le ministre de la Pêche pour la lenteur que prend le ministère pour remettre à chacun d’entre nous sa carte de pêcheur. Les pêcheurs, on le sait, ont droit à une allocation de mauvais temps, quand ils ne peuvent sortir en mer. Mais s’ils ne présentent pas cette précieuse carte, ils n’ont droit à aucune allocation. Une allocation calculée sur le nombre de jours que les pêcheurs sont restés bloqués à terre. »

Les pêcheurs de Bain-des-Dames ne savent plus vers qui se tourner. « Je n’ai rien. Aucun revenu, comment vais-je faire pour nourrir mes trois enfants ? Qui nous aidera ? Cette situation m’oblige à quémander de l’argent à ma mère âgée de 60 ans. J’en ai honte. J’ai 34 ans et c’est moi qui aurais dû lui donner de l’argent. Que devrais-je faire ? Voler ? », se demande Kelly John MacLain Louis. « Tout cela ne se serait pas arrivé si j’avais ma carte de pêcheur », peste-t-il.

Comme Kellly John MacLain, Jean Kevin Auguste désespère. « Quand la mer est houleuse, nous ne pouvons sortir en mer. Malheureusement, nous n’avons droit à aucune allocation parce que nous ne pouvons présenter de carte de pêcheur. Il y a eu beaucoup de discours des autorités concernées. Mais rien de concret n’a été réalisé », déplore-t-il. « Cette activité, c’est une tradition chez nous, la famille Auguste compte quatre générations de pêcheurs», dit-il.

À l’instar des pêcheurs de Bain-des-Dames, d’autres hommes de la mer souffrent à travers l’île : à Calodyne-sur-Mer et à Quatre-Soeurs. Anand Kishore Persand, lui, attend sa carte de pêcheur depuis bientôt dix ans.

La rédaction d’Xplik Ou K a pris contact avec le ministère de la Pêche depuis le vendredi 10 mars pour savoir où en était la délivrance de nouvelles cartes de pêcheur. Son attaché de presse avait pris note de notre requête, mais malgré nos nombreuses sollicitations, il n’est pas revenu vers nous.

Rappelons qu’en janvier dernier, ce même attaché de presse nous avait annoncé que le ministère avait établi une préliste de 80 pêcheurs qui attendent leurs cartes depuis dix ans ou plus. Sur ces 80 pêcheurs, 23 ont été déclarés éligibles pour une carte, mais qu’en est-il des autres pêcheurs laissés à terre à travers l’île.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !