Live News

Journée mondiale des enseignants : Le 5 octobre, décrété jour de congé : bonne décision ou pas ?

Le mercredi 5 octobre a été décrété jour de congé pour les écoles maternelles, primaires et secondaires et des centres de formation du MITD afin de célébrer la Journée mondiale des enseignants. Est-ce que cette décision, avalisée par le Conseil des ministres le vendredi 2 septembre, est une bonne chose ? Fallait-il attendre 2023, vu que l’année scolaire a été chamboulée par la pandémie de Covid-19. Découvrez l’opinion des Mauriciens interrogés par Le Défi Plus.


Toshika BachooToshika Bachoo : 20 ans de Vacoas

« Cette journée braque les projecteurs sur le dévouement des enseignants. Elle permet aussi aux étudiants d’apprécier à sa juste valeur l’immense travail accompli par leurs enseignants, ainsi que tous les efforts et sacrifices qu'ils consentissent pour leur offrir un avenir. À mon avis, c’est une journée pour nouer le lien entre les enseignants et les élèves. Ce congé est donc une bonne chose ».


Zehra Bibi AmmeerZehra Bibi Ammeer : 21 ans de Vacoas

« Les enseignants nous servent de guides. Ils nous tiennent la main, ouvrent nos esprits et touchent notre cœur à vie. Leur contribution ne peut être ignorée. Ils méritent donc amplement qu’une journée leur soit totalement consacrée. Certes, un jour de congé c’est bien, mais il faudrait peut-être penser à de nouvelles façons de célébrer la journée des enseignants, comme une cérémonie d'action de grâce où ils sont récompensés pour leur travail ».


Bhavish JeetunBhavish Jeetun : 21 ans de Triolet

« L'UNESCO a proclamé le 5 octobre Journée mondiale des enseignant(e)s en 1994. C’est donc l’occasion de célébrer leur travail et leur rendre hommage, car ils jouent un rôle primordial dans la société. Ils nous transmettent leur savoir afin d’améliorer la qualité de vie des étudiants. La connaissance est la racine d’une société meilleure et plus libre ». 


Sheila AchilleSheila Achille : 54 ans de Belle-Rose 

« Assurer l’accompagnement des étudiants durant la période de Covid-19 a été un réel défi. Malgré les nombreuses difficultés, ils ont réussi à compléter le cursus scolaire. De ce fait, j’estime qu’il mérite bien une certaine forme de reconnaissance, mais surtout d’un jour de congé pour souffler un peu ».


Laura PasninLaura Pasnin : 38 ans de Port-Louis 

« Je pense qu’il fallait attendre l’année prochaine, car le secteur éducatif a beaucoup souffert des conséquences de la Covid-19. Les défis sont nombreux pour compléter le cursus scolaire suite aux retards accumulés par les enfants. De plus, les examens approchent à grands pas. Certes, c’est une belle reconnaissance, mais il fallait attende que la situation se stabilise ».


Humairaa Ahmad SahibHumairaa Ahmad Sahib : 21 ans de Flacq

« L'avenir de ce monde est dans les mains des enseignants. Ils agissent comme des coachs et sont en quelque sorte nos deuxièmes parents. La journée des enseignants nous aide à apprécier leur contribution à la société. Elle nous donne aussi l'occasion de les remercier pour leur travail acharné et pour leur présence constante dans la vie des citoyens de demain ».


Madvisharan ConhyeMadvisharan Conhye : 22 ans de Nouvelle-France

« Cette décision démontre clairement que nous respectons les enseignants. D’ailleurs, il faut reconnaître qu'ils le méritent. De plus, leur encadrement est d’une importance capitale, car il vise à nous conduire vers un avenir meilleur. Ils y mettent beaucoup d'efforts en se donnant corps et âme et ce jour de congé est totalement justifié ».


Eric Ra Eric Ra : 54 ans de Flacq 

« Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette décision. À mon avis, il faut rattraper le temps perdu durant la période de confinement. Certes, les cours ont été dispensés en ligne, mais le niveau de concentration des enfants n’est pas le même qu’en présentiel ».


Hugette Plaiche  Hugette Plaiche : 61 ans de Bambous 

« Un jour de congé pour célébrer le travail des enseignants est une bonne chose. Déjà qu’en temps normal, ils font un travail formidable, mais durant les confinements, ils ont eu à sortir de leur zone de confort. Il leur a fallu redoubler d’efforts afin que leurs élèves continuent à étudier. À mon avis, ils ont relevé le défi avec brio et rien que pour ça, ils méritent un jour de congé ».


Nawaz BhollahNawaz Bhollah : 31 ans de Rivière-du-Rempart

« Ils méritent bien un jour de congé après s’être donnés corps et âme à leurs élèves et à travailler sans relâche pour qu’ils progressent. Après tout, ils endossent la lourde responsabilité de former nos jeunes qui sont les citoyens de demain. Ils doivent être reconnus pour leur travail ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !