Techno

Journée Internationale des femmes dans les TIC : un employé sur deux dans les TIC à Maurice est une femme

Joanne Esmyot et Dhanusha Gokhool. Joanne Esmyot et Dhanusha Gokhool.

Lors de la célébration de la Journée internationale des femmes dans les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les locaux de SD Worx à Ébène le jeudi 25 avril 2019, Joanne Esmyot, directrice du National Computer Board (NCB) a indiqué que 47% des employés du secteur sont des femmes. Joanne Esmyot et Dhanusha Gokhool, Service Delivery Manager chez SD Worx Mauritius, évoquent leurs parcours.

Joanne Esmyot est d’avis que être une femme n’est pas un obstacle. « Je ne me pose pas la question si je suis une fille ou pas. Si j’ai quelque chose en tête, je fonce afin d’y arriver. Les institutions du gouvernement font déjà beaucoup de choses pour promouvoir les filles dans le secteur de l’informatique. Cependant, les filles doivent pouvoir prendre leur carrière et leur vie en main. Les femmes n’ont pas besoin de titre pour avoir un impact. Il ne faut jamais se laisser décourager par les difficultés. Tout le monde passe par des moments difficiles. D’ailleurs, si je suis arrivée à ce niveau, c’est avec beaucoup de difficulté. Il s’agit de continuer à persévérer pour y arriver », commente la directrice du NCB.

Joanne Esmyot a pris récemment la direction du NCB. Cependant, elle est dans le monde de l’informatique et de la technologie depuis très longtemps. « Je suis tombée dans le monde de la technologie un peu par hasard. Au collège, j’étudiais les mathématiques, la physique et l’art. Cependant, à l’université, j’ai choisi d’étudier l’informatique, car il y avait plus de perspective de carrière dans ce secteur », dit-t-elle. Suite à ses études tertiaires en 2005, Joanne Esmyot a travaillé chez Ceridian pendant 11 ans. « J’ai débuté en tant que Software Test Engineer et j’ai quitté la société en tant que QA Process & Technology Manager. J’ai ensuite travaillé à Middlesex University en tant que Head of IT pour ensuite rejoindre la NCB aujourd’hui comme directrice exécutive », lance-t-elle.

Pour Dhanusha Gokhool, Service Delivery Manager chez SD Worx Mauritius, l’informatique est un grand secteur où il y a de la place pour tout le monde. « En 2002, après mon Higher School Certificate (HSC), j’ai vu que le domaine de l’ICT était en plein boom. J’ai alors saisi l’occasion et je me suis lancée dans un Bachelor en « software engineering » à l’université de Technologie de Maurice (UTM). Par la suite, avant même de terminer mes études, j’avais déjà des offres d’emploi. Mon premier travail était dans une compagnie offshore en tant que développeur », explique-t-elle.

Selon Dhanusha Gokhool, les filles ont beaucoup d’opportunités dans le secteur de l’informatique. « Si vous n’êtes pas intéressée par le support client, vous pouvez aller vers le développement, la robotique, le testing, l’implémentation, la business analysis et la blockchain entre autres. Il faut profiter que Maurice soit un pôle informatique », indique-t-elle.

La conscientisation vers l’informatique commence dès un jeune âge

Lors de cet événement, la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun était également présente a profité pour encourager les filles mauriciennes à se lancer dans le secteur de la technologie. « Il faut conscientiser les jeunes filles pour qu’elles participent pleinement dans le secteur de l’informatique. Même si à Maurice les chiffres sont assez réconfortants, on peut toujours faire mieux », a déclaré la ministre de l’Éducation. D’ailleurs, selon elle, le travail commence au niveau primaire. « Il faut s’assurer au niveau de la scolarité que les étudiants sont exposés à la technologie. C’est pour cela que le « early digital learning programme » a été introduit à l’école primaire ainsi qu’au secondaire jusqu’au grade 9 », a-t-elle ajouté.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !