Magazine

Journée dédiée côté cour théâtre, côté jardin technologie

 Depuis 57 ans, on marque la Journée mondiale du théâtre le 27 mars. Elle est célébrée par les centres nationaux de l’Institut international du théâtre de plus d’une centaine de pays. Braquons les projecteurs sur un domaine qui séduit encore des jeunes à l’ère du numérique. Certains se servent même de la technologie à leur avantage. 

Encourager les échanges 

Sur une initiative de l’Unesco et d’autres personnalités du théâtre en 1948, l’Institut international du théâtre, une des plus importantes organisations internationales non gouvernementales, a « encouragé les échanges internationaux dans le domaine de la connaissance et de la pratique des arts de la scène ». L’objectif : stimuler la création, élargir la coopération entre les gens du théâtre, sensibiliser l’opinion publique à la question de la création artistique dans le domaine du développement, approfondir la compréhension mutuelle afin de participer au renforcement de la Paix entre les peuples de même que s’associer à la défense des buts définis par l’Unesco.


Andy RamsamyAndy Ramsamy : « J’ai de l’humour dans les veines »

Andy Ramsamy a de la veine… À 20 ans, il compte déjà une carrière d’humoriste à succès. Originaire d’Eau-Coulée, il côtoie la troupe Komiko et La Comédie Mauricienne. Il a même eu l’occasion de se perfectionner à l’école du rire de la troupe Komiko. « J’ai toujours aimé faire le comique et imiter des personnages dès mon plus jeune âge. Durant les fêtes familiales, on me demandait souvent de faire des sketchs et de divertir les gens. C’est là qu’est née ma passion. J’ai de l’humour dans les veines », dit Andy. 

Il a décroché le trophée du Best Actor, avec la même troupe en 2014, en incarnant un vieillard, un rôle qu’il affectionne particulièrement et qu’il a, semble-t-il, adopté dans ses sketchs. En 2016, il a aussi eu la chance de faire partie du sketch Bis à l’occasion des 20 ans du spectacle 100 % Humour Mauricien. 

Andy est un grand admirateur de Jerry Lewis. Ancien élève du collège St-Joseph, il a créé sa page Facebook nommé Andy R Events. « La page liked par quelque 3 000 personnes me permet de partager mes sketchs au public. C’est donc plus facile d’atteindre un grand nombre de personnes et de mettre toutes les chances de mon côté pour devenir meilleur. » La technologie et le buzz sont les moyens qui permettent au jeune homme de se faire connaître. « Je peux m’imposer sur les réseaux sociaux. Certaines de mes parodies ont été vues jusqu’à 10 000 fois. » 

Andy avoue ne pas vouloir en faire son métier vu la difficulté d’en vivre. « Grâce au soutien de ma famille et de mes amis, la scène est un moyen idéal qui me permet de réaliser mon rêve de comédien. » Malgré les critiques infondées qui l’ont souvent découragé dans le passé, cela ne l’a pas empêché de persévérer et de se consacrer corps et âme à la comédie et au théâtre. « J’encourage les jeunes à se lancer et à persévérer. Faire rire nécessite beaucoup de travail. Il faut prendre les critiques de façon positive. » 


Visham Ramdoo : « Il faudrait des classes de théâtre pour les jeunes » 

Incontournable sur les réseaux sociaux, Visham Ramdoo, âgé de 23 ans, musicien, comédien et habitant 16e Mille, est aussi d’avis que le monde du théâtre intéresse toujours le public mauricien. « Il y a une audience même si elle comporte moins de jeunes que d’adultes qui aiment bien venir nous voir en salle. Les jeunes ne sont pas tellement… fans en raison de la technologie. Ils sont plus axés sur les vidéos et comédies en ligne qui sont en vogue. » 

D’après lui, pour relancer la culture théâtrale auprès des jeunes, il faudrait mettre des écoles de théâtre à leur disposition très tôt. « Comme les classes de musique, il faudrait aussi qu’il y ait des classes de théâtre pour que les jeunes soient initiés à cette activité. Le théâtre et la comédie ne peuvent que leur être bénéfiques car ils développeront leurs sens et leur éloquence, ce qui leur sera très utile dans le futur. »


La parole aux jeunes : préferez-vous le théâtre en ligne ou la version classique ?

Tanya LiTanya Li :
« Il y a des jeunes qui sont passionnés par les pièces de théâtre et la littérature mais ils préfèrent certainement voir la pièce en direct. Cela leur permet d’avoir une meilleure compréhension. Il y en a d’autres qui ont évolué si on peut le dire. Ils sont plus intéressés par les vidéos en ligne parce que c’est gratuit et ils n’ont pas besoin de se déplacer. D’autres jeunes et moins jeunes préfèrent les pièces en live, comme celles de Komiko, alors que le théâtre littéraire s’adresse davantage aux passionnés. » 


Jason PierreJason Pierre :
« J’aime les deux. J’ai une préférence pour les vidéos en ligne en raison de leur accessibilité. Les vines constituent une thérapie pour moi. D’ailleurs, j’en regarde dès le réveil pour bien commencer la journée. À travers cela, je peux partager ma bonne humeur. J’ai fait du théâtre lorsque j’étais petit. Cela m’a permis de développer ma personnalité. »


Pradwin MohoboolahPradwin Mohoboollah :
« Je préfère voir le théâtre en ligne, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en streaming. L’accessibilité est un avantage. On peut visionner des vidéos n’importe où et n’importe quand sans avoir besoin de se déplacer. Cependant, si j’ai l’occasion d’aller voir un humoriste connu lors d’une représentation, bien évidemment, j’irai sans hésiter. »


Jordan PrevostJordan Prévost :
« Visionner les vidéos en ligne, c’est plus avantageux. À la maison, on peut le faire à son rythme alors qu’au théâtre, c’est impossible de retourner en arrière si on a manqué quelque chose. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !