Interview

Joanna Bérenger : «Notre leader sera présenté comme le Premier ministre  du vrai changement en 2019»

Recevant Le Dimanche/L’Hebdo, Joanna Bérenger avance que son père, Paul Bérenger, sera présenté aux élections législatives de 2019 comme le Premier ministre du vrai changement. Et aussi que celui-ci saura se retirer en temps voulu.

Que se passe-t-il au sein du MMM ?  
Beaucoup de choses. Nous sommes en train d’apporter des améliorations dans notre fonctionnement et notre approche et nous assistons aussi à une féminisation, ainsi qu’à un rajeunissement de nos instances. Certains ne se retrouvent pas dans cette optique de réforme et préfèrent quitter le bateau. 

Mais les mauves se séparent de leurs membres les plus influents. Pourquoi ? 
Au sein du MMM, on ne parle pas d’influence, mais de débats d’idées. Et celles des militants de ‘base’ comptent autant que celles d’autres faisant partie de la direction, n’en déplaise à certains.

Le MMM a enclenché une série de congrès, surtout dans les villes. Retour vers la base ?  
Cette série de congrès s’inscrit dans le cadre du congrès-anniversaire des 49 ans du parti, le 23 septembre. Cela a été un succès de mobilisation pour les premiers rassemblements, la semaine dernière. Nous avons su battre le rappel de nos militants de base et de nos sympathisants pour cette première série de congrès régionaux, qui ont également été l’occasion de démontrer que les soucis de ces derniers temps n’ont en rien ébranlé le noyau dur du MMM dans ces circonscriptions. 

Aux côtés des vétérans, d’autres ont pu prendre la parole pour la première fois. La forte présence féminine a aussi été une source de satisfaction, de même que celle des jeunes, qui ont été nombreux à faire le déplacement. Le leader avait un message particulier pour les jeunes : les politiciens ne sont pas tous des pourris. 

Et votre sortie contre Danielle Selvon ? 
J’ai été choquée de sa référence à l’ère coloniale pour attaquer Paul Bérenger sur la base de la couleur de son épiderme. Surtout quand elle connaît sa lutte menée en faveur des opprimés en tant que syndicaliste au sein de la General Workers Federation. Après 50 ans d’Indépendance, des propos aussi rétrogrades et incendiaires venant d’une représentante du peuple ne devraient plus être tolérés. Notre pays mérite mieux que ça.

La question qui fâche : quid de l’après-Paul Bérenger ? 
Pour le moment, nous avons un leader qui sera présenté comme le Premier ministre du vrai changement en 2019. Paul Bérenger n’est pas éternel et saura se retirer au moment opportun, en préparant sa succession. Les instances du parti y veilleront. Mais pour l’heure, nous avons tout à gagner à reconnaître avec humilité son travail acharné et savoir tirer profit de son expérience.