Live News

Joanna Bérenger donne la réplique à Danielle Selvon sur notre page Facebook : «Je déplore cette façon d'évoquer le 18e siècle et l'ère des colons pour attaquer Paul»

Joanna et Paul Bérenger

Joanna Bérenger donne la réplique à Danielle Selvon, qui a soumis sa démission comme membre du MMM ce lundi 3 septembre. Dans un commentaire posté sur notre page Facebook sur l'article faisant état de la démission de la députée de la circonscription no 1 du MMM, Joanna Bérenger affirme qu'elle «déplore cette façon infecte et systématique d'évoquer le 18eme siècle et l'ère des colons pour attaquer Paul sur la base de l'épiderme».

Dans sa lettre de démission adressée au leader du MMM, Danielle Selvon a écrit ceci : «I am resigning immediately from all levels of the MMM following the humiliation you have inflicted on me by interdicting me, a standing MP of No.1 Constituency  under the Constitution and the Law, from addressing my Constituents and the public at a public gathering on Friday 7 September 2018 in the aforesaid Constituency. I am the MP of the Constituency until the next general elections. The era of the 18th Century "Colons" is over and you must realize we are living in the 21st Century and I will never accept this kind of humiliation from you». 

Lui donnant la réplique, Joanna Bérenger affirme, dans son commentaire sur notre page Facebook, que «la proposition a été faite à Mme Danielle Selvon de prendre la parole (lors du rassemblement de ce vendredi dans la circonsciption no 1), mais elle a choisi de décliner l'invitation. Je déplore cette façon infecte et systématique d'évoquer le 18eme siècle et l'ère des colons pour attaquer Paul sur la base de l'épiderme».

Joanna Bérenger ajoute que «c'est d'une bassesse indescriptible, surtout quand on sait combien il a sacrifié sa vie pour les plus démunis. Ce genre de propos ne devrait plus être toléré au 21eme siècle. Ce qui me laisse davantage sans voix: la dernière fois que j'ai entendu Mme Danielle Selvon prendre la parole était pour FÉLICITER Paul pour son discours prononcé a l'Assemblée Nationale le 9 mai 2000, ou il militait encore une fois pour que les membres de la communauté créole trouvent la place qui leur revient de droit au sein de la société mauricienne».