Magazine

Jazzy Christophe : la fierté de l’Atelier Mo’zar

Il fait partie des talents prometteurs de l’Atelier Mo’zar.

Jazzy Christophe porte bien son nom. Car il a le jazz dans la peau ! À 17 ans, il a fait la fierté de l’Atelier Mo’zar, en décrochant une bourse de cinq semaines à Berklee College of Music à Boston. L’enfant de Batterie-Cassée vient de rentrer à Maurice et il revient sur son expérience.

«C’était une chance inouïe, un rêve devenu réalité », lance Jazzy Christophe. C’est ce qu’il ressent à son retour au pays. Ce stage, il le perçoit comme une récompense, le fruit de son dur labeur et de ses années d’apprentissage à l’Atelier Mo’zar. Donnez-lui un saxophone et il vous transporte. Il ne jure que par son instrument. Son cheminement vers une carrière de musicien professionnel ne fait que commencer. 

La demande de José Thérèse

Cela va faire neuf ans que le jeune saxophoniste alto a intégré l’Atelier Mo’zar. Toutefois, son amour pour la musique remonte à la petite enfance. Il était fasciné par le jazz, style de musique auquel il est initié par son père trompettiste. Et cela n’a pas été bien difficile pour lui d’intégrer l’Atelier Mo’zar. 

jazzy
Jazzy Christophe a commencé le jazz avec José Thérèse à l’âge de 8 ans.

Jazzy Christophe confie : « J’accompagnais souvent mon père lors de ses prestations et c’est comme cela que j’ai découvert mon amour pour le saxophone. Je me souviens encore de mes débuts à l’Atelier. José Thérèse, qui était alors mon professeur, m’avait montré un poster sur lequel il y avait beaucoup d’instruments. Il me demanda d’en choisir un. Sans aucune hésitation, mon choix s’est porté sur le saxophone. »

Un choix plus qu’évident pour celui qui, à 8 ans, voulait se démarquer des autres musiciens. C’est tout excité qu’il l’embarque dans son aventure musicale. Il est guidé par José Thérèse pendant ses premières années, puis par Philippe Thomas qui reprend le flambeau pour l’initier au séga jazz. Ces deux mentors lui ont tout appris.

À travers l’Atelier, Jazzy a eu l’occasion de visiter Madagascar en 2013 et 2017, Cuba et l’Italie en 2018 et cette année Rio. Cet habitant de Batterie-Cassée n’aurait jamais pensé que cela était possible, grâce à la musique.

L’année dernière, lors de son passage en Italie, il décroche une bourse pour Boston. « À travers les ‘masterclasses’, j’ai côtoyé des personnes expérimentées qui m’ont aidé à maîtriser certaines techniques. » Actuellement, il poursuit son Higher School Certificate en privé, afin de trouver du temps pour la musique.

Le cœur rempli de notes

Il vient tout juste de rentrer de cinq semaines de stage à Berklee, le cœur rempli de notes de musique. Il raconte : « Ce n’était pas des vacances. Nous étions environ 1 900 étudiants et le stage n’a pas été de tout repos. C’était difficile et intense musicalement et il y avait beaucoup de compétitions. J’étais entouré de jeunes talentueux venant des quatre coins du monde. C’est un rêve qui est devenu réalité et qui m’a conforté dans mon choix de carrière. » 

Des rêves pleins la tête, il souhaite intégrer le Berklee College of Music en 2021. « J’ai besoin d’aide financière pour réaliser ce rêve et avoir des débouchés au niveau international. » Espérons que son projet se concrétise ! C’est tout le mal qu’on lui souhaite…

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor