Live News

Jayrajsing Hazareesing emporté en s’adonnant à sa passion : «Le sport était toute sa vie» témoigne un neveu du triathlète

Le sportif est mort en s’adonnant à sa passion.

Jayrajsing Hazareesing, 55 ans, athlète de haut niveau et homme d’affaires, a pris part à la première journée de compétition nationale de triathlon au Morne mais il a été victime d’un drame. Il n’est jamais ressorti hors de l’eau. Il a péri noyé.  Son corps sans vie a été repêché par la Garde-côte nationale.

L’athlète est mort en s’adonnant à sa passion. À la rue Leclézio, Curepipe, dans la maison familiale de la victime, les gens l’ayant côtoyé ne cessent d’affluer après la nouvelle de cette tragique perte. Roshan Hazareesing a toujours aimé faire du sport dès son plus jeune âge. Gaétan C, aujourd’hui âgé de 81 ans, qui réside à quelques mètres de la demeure familiale, est un ancien entraîneur du quinquagénaire. « Il a toujours été quelqu’un d’énergique et déterminé. Il venait s’entraîner et faire de la gym », explique l’octogénaire.

Difficile de rivaliser avec lui

 Il a toujours été un exemple pour ses proches. « Enfants nous nous rendions avec lui à des entraînements. Il passait son temps entre sa famille et son sport. C’était toute sa vie. Matin et soir, il n’avait que cela en tête » nous dit un neveu de la victime qui peine encore à croire à cette douloureuse perte. Il a participé à de nombreuses compétitions d’endurance au fil des années et remporté de nombreux prix et récompenses, dont le Ferney Trail 2019. « Dans la course, c’était difficile de rivaliser avec lui, car il était en très bonne condition physique », lâche un ami. La victime s’intéressait aux arts martiaux. « Il était devenu sensei en Jujitsu. Beaucoup de personnes s’entraînaient avec lui » poursuit son neveu.

Au cours des années, il s’est tenu à un régime strict. « Il était dévoué pour le sport et ne négligeait aucunement un régime alimentaire qu’il suivait et jouissait d’une bonne santé. Il n’avait pas de problème majeur de ce côté-là », ajoute le jeune homme.

Dimanche, le sportif est sorti pour prendre part à la compétition de triathlon, qui se tenait au Morne. Les participants devaient faire 750 mètres à la nage, 20 km à vélo et de 5 km à pied. Il prenait part à la catégorie Veteran 2. L’athlète s’est lancé dans la première épreuve dans l’eau, mais il n’en est pas ressorti. En constatant qu’il n’était pas là, les organisateurs l’ont cherché et ont constaté que sa bicyclette était toujours sur place. Les recherches en mer par les éléments de la garde-côte nationale ont débuté. Le corps de l’athlète a été retrouvé vers 12 h 45 sous l’eau. « Il était un très bon nageur », ajoute le neveu. Ses proches s’interrogent comment un tel drame a pu se produire. L’autopsie a conclu à la noyade.

Une enquête  sur la sécurité des participants 

La police de La Gaulette qui mène cette enquête tente de comprendre ce qui s’est passé. Les enquêteurs veulent confirmer si les mesures de sécurité ont été respectées lors de cette compétition. Le garde-côte nationale avait un bateau à l’eau et les organisateurs, un kayak, pour assurer le suivi des évènements et la sécurité des quelque 70 participants. Les membres de la police régulière ont également été déployés pour assurer la course de vélo et celle à pied. Le ministère des Sports attend un rapport de la Fédération mauricienne de triathlon.

Alain St-Louis, président de la FMTri : «Le triathlon est en deuil» 

Alain St Louis, président de la Fédération mauricienne de triathlon (FMTri), est encore sous le choc. Il relate que c’est la première fois qu’un tel drame se produit depuis que la FMTri organise des compétitions. « Le triathlon est en deuil. Personne ne comprend cette disparition soudaine. Nous attendons les conclusions de l’enquête afin de connaître les vraies raisons de sa mort. Les conditions étaient pourtant idéales au Morne, dimanche. La marée était basse et il n’y avait pas vraiment de courant. C’est dramatique », souligne le président de la FMTri.

Certificat médical obligatoire

La Fédération mauricienne de triathlon est catégorique. Tout athlète souhaitant avoir une licence ou un renouvellement doit impérativement présenter un certificat médical. « Dans le cas de Jayraising Hazareesing, il avait déjà soumis tous les documents nécessaires pour obtenir sa licence et il a pu prendre le départ dimanche », confie Alain St Louis, président de la FMTri. Ce dernier souligne que Hazareesing participait couramment à des compétitions de triathlon durant ces cinq dernières années. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !