Interview

Javad Mushtaq, de Katapult Africa : «Maurice peut être une base d’expérimentation»

Javad Mushtaq

Javad Mushtaq, directeur de Katapult Africa, avance que Maurice a tout ce qu’il faut pour devenir un leader en matière d’innovation. On doit cependant mettre l’accent sur la science des données et l’Intelligence Artificielle. Entretien.

Pourquoi Katapult World veut implanter son programme africain à Maurice ?
Katapult est une organisation centrée sur le changement systémique  avec une branche dédiée à l’investissement. Chaque année, nous organisons un programme de financement et d’accompagnement à Oslo. Depuis son lancement, il connaît un franc succès. Nous recevons 3 000 demandes et nous n’en retenons que 10 à 12 entreprises. Nous avons remarqué qu’au moins un tiers des demandes proviennent du continent africain. Ce qui nous a poussé à développer un programme dédié à l’Afrique, soit le Katapult Africa. Ce continent regorge de potentiels en raison de sa croissance démographique qui grimpera à 1,4 milliard d’ici 2 050. C’est une population relativement jeune. L’essor de la technologie y est aussi nouveau, ce qui représente de belles perspectives.

Les endroits que nous visons sont Nairobi, Accra, Cape Town, Lagos, Abidjan, Kigali et Maurice. Nous lancerons des programmes d’accélérateurs d’entreprises sur le continent et investirons dans un maximum de 125 start-up par an.

Maurice peut être une base d’expérimentation pour le développement de solutions comme l’Intelligence Artificielle, l’Internet des objets et le blockchain. Avec une population de 1,2 million d’habitants, un niveau d’éducation élevé, un coût de main-d’œuvre relativement moins cher et un important espace océanique, l’île a tout ce qu’il faut pour devenir un leader en matière d’innovation.

Disposez-vous d’un programme de financement et d’accompagnement destiné aux projets centrés sur la haute technologie ?
Nous avons l’intention de mobiliser 1 milliard de dollars sur une certaine période. Car, il ne s’agit pas de l’effort d’une seule entreprise mais bien d’un effort multisectoriel en vue de réunir tout le monde à la même table. Une partie des fonds sera investie dans des programmes d’accélération. Cependant, notre objectif est de créer un ‘Gateway to Africa Fund’ dans lequel nous mobiliserons une plus grosse part de capitaux sur une longue période. Cela implique des investisseurs privés tant au niveau local qu’international aussi bien que le secteur privé et le gouvernement afin d’assurer la pérennité du projet. Ce fonds sera utilisé au niveau local et sur le continent.

Selon vous, l’île Maurice peut-elle se positionner comme un hub pour le développement de solutions que l’on pourrait par la suite répliquer sur d’autres pays africains ?
Oui. Il y a quelques secteurs dans lesquels Maurice peut se démarquer. Il s’agit d’abord de créer un écosystème de niveau international. Cela positionnera Maurice parmi les plus importants pôles de connaissance à travers le monde.

Comment ce projet surmontera-t-il les défis sur différents marchés en Afrique ?
Nous croyons que les jeunes, la technologie et l’entrepreneuriat peuvent surmonter les défis du continent.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !