Faits Divers

Ivre durant son service : un policier placé en cellule de dégrisement

L’affaire fait grand bruit. Deux agents du poste de police de Curepipe sont soupçonnés d’avoir consommé de l’alcool durant leur service le lundi 3 décembre 2018. L’un d’eux conduisait ce jour-là. C’est vers 9 h 30 que les deux policiers ont quitté le poste. Leur tâche consistait à se garer à proximité du Royal College de Curepipe et à surveiller les alentours.

Cependant, leurs collègues ont eu vent qu’ils n’étaient pas à leur poste. Le poste de police a tenté de les joindre sur leurs cellulaires, mais sans succès. Une équipe s’est alors rendue sur place, afin de confirmer s’ils étaient à leur poste. Mais il n’y avait aucun véhicule de police en stationnement.

Un véhicule de l’Emergency Response Service (ERS) de la Central Division qui était en patrouille a repéré leur véhicule qui zigzaguait à Camp-Caval. Les deux hommes sentaient l’alcool. Ils ont été conduits au poste. Le conducteur, âgé d’une quarantaine d’années, a refusé de se soumettre à un alcootest. Il a été conduit à l’hôpital Victoria où une nouvelle fois, il a refusé de subir une prise de sang et un test d’urine. Il a été reconduit au poste de police de Curepipe où il a été placé en cellule de dégrisement.

Durant la nuit, ses collègues de l’ERS l’ont soumis à un breath test qui s’est avéré positif. Il a été maintenu en cellule. Ce n’est que le lendemain qu’il a été autorisé à rentrer chez lui. Les versions des deux policiers n’ont pas encore été enregistrées. Celui qui conduisait le véhicule devrait se voir infliger une amende pour conduite en état d’ivresse. Les deux seront confrontés à des mesures disciplinaires.

« Nous avons pris connaissance de cette affaire. Nous appliquons la tolérance zéro. Nous sommes intransigeants envers ce type de comportement. Le policier sera sanctionné comme le prévoient les règlements de la Road Traffic Act en vigueur depuis le 1er octobre », indique l’inspecteur Shiva Coothen du service de presse de la police.