Economie

Investissements : partenariat MCB/BAD pour un fonds africain

Investissements Abhimanyu Yadav, Head of Fixed Income, MCB Investment Management Co. Ltd, Rony Lam, Chief Executive Officer de MCB Capital Markets, Stefan Nalletamby, directeur du développement du secteur financier chez BAD, et Pierre Guy Noël, Chief Executive de MCB Group Ltd.

Le premier groupe financier du pays frappe fort. En partenariat avec la Banque africaine de développement, MCB Group Limited lance le premier fonds africain listé consacré aux obligations souveraines de huit pays.

Quand l’African Domestic Bond Fund effectuera son entrée à la Bourse de Maurice dans une semaine, sa taille serait déjà de 20 millions de dollars (Rs 700 milllions). La gestion sera assurée par la MCB Investment Management Co. Limited, une entité subsidiaire de MCB Capital Markets.

« Nous sommes ravis de nous associer à la Banque africaine de développement (BAD) pour lancer ce fonds pionnier. C’est la preuve de l’engagement de la Banque africaine de développement et de la MCB à contribuer au développement des marchés obligataires en monnaie locale sur le continent », fait ressortir Pierre Guy Noël, Chief Executive Officer du MCB Group. « Elle atteste de la qualité de nos capacités de gestion d’investissements. La cotation du fonds à la Bourse de Maurice offre aux investisseurs la possibilité d’accéder facilement aux obligations des gouvernements africains. »

Le fonds a été conçu dans le cadre d’une initiative de la Banque africaine de développement. L’initiative vise à consolider les économies africaines en réduisant leur dépendance de la dette en devises étrangères. Elle augmente le nombre d’avenues de financement et agit en tant qu’un catalyseur pour l’intégration du marché régional. La Banque africaine de développement agira en tant qu’investisseur de référence Le montant total consenti est de 25 millions de dollars, dont l’apport au fonds se fera de manière graduelle.

« Ce fonds investit dans des fonds souverains en monnaie locale. L’équivalent ce sont les gouvernements du Nigeria, du Ghana. Or, le Ghana émet des bons en dollars mais pas en monnaie locale. C’est ce qu’on essaie de faciliter. C’est quelque chose de nouveau. C’est un marché niche. On aura ainsi un fonds qui investit dans les obligations des gouvernements africains », affirme Rony Lam, Chief Executive Officer, MCB Capital Markets, dans un bref entretien réalisé lors du lancement du fonds à l’hôtel Hennessy Park, Ébène, le lundi 10 septembre.

La taille du fonds « dépendra du succès » auprès des investisseurs. Il explique que ce serait satisfaisant d’atteindre la barre des 50 millions de dollars dans un an. « Cela requiert beaucoup d’années pour développer un fonds. C’est un métier Ce n’est pas quelque chose qui se fait du jour au lendemain », ajoute-t-il.

L’objectif du fonds est de suivre le rendement de l’indice connu comme AfDB/AFMISM Bloomberg® African Bond Index 25% Capped. Le poids de l’indice se base sur les obligations souveraines en monnaie locale de huit pays que sont Botswana, Egypte, Kenya, Namibie, Nigeria, Afrique du Sud, Ghana et la Zambie. À l’avenir, d’autres obligations viendront s’y ajouter.