Live News

Introduction du kreol au Parlement : «Ce processus prendra du temps», explique Pravind Jugnauth 

« La maîtrise de la langue à tous les niveaux est un prérequis majeur de son introduction à l’Assemblée nationale. Et, ce processus prendra du temps ». C’est ce qu’a fait comprendre Pravind Jugnauth en réponse à une question ayant trait à l'utilisation du kreol au Parlement. C’était lors de la Prime Minister’s Question Time (PMQT), à l’Assemblée nationale, cet après-midi, mardi 7 juillet.

« Pour que le kreol soit utilisé au Parlement, nous devons nous assurer que les parlementaires et le personnel de l'Assemblée aient reçu une formation appropriée pour cette langue », a souligné le Premier ministre. 

Pour le député mauve, Reza Uteem, « il s’agit d’une ‘lamest excuse’ du gouvernement pour interdire l’introduction du kreol au Parlement ». « La maîtrise du kreol n’est pas un problème à l’extérieur mais au sein de l’Assemblée nationale !», a fustigé Reza Uteem. 

« We are talking about writing and reading also…», a répondu Pravind Jugnauth, qui a cité une des declarations d’Arnaud Carpooran, président de la Creole Speaking Union, sur l’utilisation de cette langue au Parlement. 

Le Premier ministre a aussi déclaré que la matière kreol morisien, introduite dans les écoles primaires en 2012, a été étendue aux élèves de grades 7 et 8. Cet enseignement sera proposé en grade 9 en 2020 et sera évalué pour le National Certificate of Education Assessment 2020/2021 à la fin du Grade 9. 

Pravind Jugnauth a également indiqué qu’une augmentation du nombre d’écoliers suivant les classes de kreol morisien a été notée, soit 18 903 en 2019 contre 17 305 écoliers en 2017.

3 681 élèves en Grade 6 ont participé aux examens de kreol morisien pour le Primary School Achievement Certificate (PSAC) en 2019 contre 2 830 en 2018 et 2 480 en 2017.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !