Actualités

Intempéries : la Cour suprême éponge ses rides 

Le personnel du nettoyage a eu fort à faire.

On a sorti les serpillères et les seaux d’eau en Cour suprême le mercredi 22 janvier 2020. Les fortes pluies qui se sont abattues sur le pays n’ont pas épargné le bon vieux bâtiment de la rue Pope-Hennessy. 

Le personnel de la compagnie de nettoyage, chargée de l’entretien de la Cour suprême, a eu fort à faire le mercredi 22 janvier 2020. Ce n’était pas un jour de travail normal. Les fortes pluies ont occasionné bien des inconvénients. Il faut dire que les bâtiments de la Cour suprême de la rue Pope-Hennessy fuient à plusieurs endroits. Il a fallu beaucoup racler, éponger. L’eau s’est infiltrée dans la salle d’audience numéro 11, la rendant inutilisable durant la matinée. 

Des seaux d’eau entreposés devant le bureau d’un juge témoignent de l’état de l’édifice qui a vu une visite de la ministre de l’Égalité des genres, Kalpana Devi Koonjoo-Shah. Des employés ont craint le pire lorsque l’eau a gagné un tableau électrique. Toutefois, il n’y a eu aucun incident à déplorer au bout du compte.  

À quelques mois du transfert vers le nouveau bâtiment devant abriter la nouvelle Cour suprême, érigé à l’angle des rues Edith Cavell et Desroches, le vieil édifice de la rue Pope-Henessy montre ses rides. Non loin, un avoué rouspète. Il s’insurge contre le fait que l’eau, émanant des bâtiments de la Cour suprême, passe par une canalisation ouverte et qui traverse devant son étude. 

Au niveau de la cour intermédiaire, en raison du retard de plusieurs membres du public pour leurs affaires respectives, les travaux ont démarré avec un léger retard que les horaires habituels. L’accalmie dans l’après-midi a apporté un répit. Certains ont poussé un ouf de soulagement en attendant de prochaines averses.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !