Actualités

Integrity Reporting Services Agency : la motion de Navin Ramgoolam débattue en janvier 2019

Navin Ramgoolam Navin Ramgoolam a soumis sa défense, le 13 novembre, en Cour suprême.

L’ex-Premier ministre, Navin Ramgoolam, remet en cause la compétence du juge en chambre à écouter l’affaire l’opposant à l’Integrity Reporting Services Agency. Ses hommes de loi ont déposé leurs exposés dans cette affaire, le mardi 13 novembre 2018, devant la Cour suprême. Les débats sur cette motion auront lieu le 15 janvier 2019.

L’Integrity Reporting Services Agency (IRSA), représentée par Mes Ali Hajee Abdoula et Preetam Chuttoo (avoué), a aussi déjà déposé des arguments par écrit. De même que le bureau du Directeur des poursuites publiques et le bureau du Commissaire de police, instances citées comme codéfendeurs. Les débats sur cette motion de Navin Ramgoolam sont prévus le 15 janvier 2019.

Le leader des rouges soutient que l’IRSA ne peut poursuivre cette action, vu qu’il a logé une plainte en Cour suprême le 9 mars 2018. Il conteste les amendements constitutionnels visant à introduire la Good Governance and Integrity Reporting Act. Le leader du Parti travailliste est représenté par Mes Gavin Glover, Senior Counsel, et Bhooneshwar Sewraj (avoué).

La démarche de Navin Ramgoolam de loger une plainte pour contester la Good Governance and Integrity Reporting Act fait suite à une requête que lui a adressée l’IRSA. Le 11 décembre 2017, celle-ci lui a demandé d’expliquer la provenance des

Rs 220 millions trouvées dans ses coffres-forts et ses valises ; les Rs 8,5 millions avec lesquelles il a acheté trois voitures et ses deux American Express Centurion Cards.