Live News

Inscription au patrimoine de l’unesco : première bataille de perdue pour le sega tambour chagossien

L’inscription du sega tambour chagossien à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco nécessitant une sauvegarde urgente n’a pas passé l’épreuve importante de l’analyse du comité interne de l’organisation. Celui-ci estime que l’État mauricien a oublié un élément crucial : l’implication de la communauté chagossienne dans cette démarche. 

La demande de l’État mauricien pour que le sega tambour chagossien soit inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco nécessitant une sauvegarde urgente a été rejetée. Le comité interne de l’organisation qui a analysé la requête l’invite à déposer une nouvelle candidature qui sera étudiée lors d’un cycle ultérieur. Il lui demande cette fois d’inclure des éléments qui manquaient à l’appel dans la précédente demande. 

« L’Etat soumissionnaire peine à démontrer la participation de la communauté à sa mise en œuvre », souligne le comité interne de l’Unesco. Comité qui a pour tâche d’analyser les demandes avant qu’une décision finale ne soit prise lors de la 14e session de l’Unesco qui se tiendra du 9 au 14 décembre 2019 à Bogota, en République de Colombie. 

Le comité dit avoir compris la nécessité de la demande de Maurice, le sega tambour jouant un rôle crucial dans la vie des Chagossiens. « Les Chagossiens étant de plus en plus nombreux à devoir quitter leurs îles d’origine, la viabilité de l’élément a été menacée à maintes reprises. En dehors de leur environnement familier, les Chagossiens sont confrontés à la pauvreté, à la marginalisation et à l’absence de cohésion de leur communauté. Cela a donné lieu à un abandon progressif de la pratique de l’élément, en particulier au sein des jeunes générations nées en exil et qui connaissent mal leur terre d’origine. La plupart des praticiens compétents et capables de comprendre le sens profond et les valeurs de l’élément – y compris son contexte social et géographique originels – sont aujourd’hui âgés et diminués physiquement », indique le comité dans un rapport. 

Néanmoins, il estime que les informations contenues dans le dossier de l’État mauricien ne sont pas suffisantes. Selon le comité, bien que le dossier identifie clairement plusieurs facteurs menaçant la viabilité du sega tambour chagossien, le plan de sauvegarde proposé par Maurice ne contient pas de mesures qui permettent d’y répondre. « Il met l’accent sur la promotion de l’élément, en négligeant les dimensions familiales et communautaires, qui sont pourtant décrites comme le principal sujet de préoccupation relatif au séga tambour des Chagos. » 

Plan de sauvegarde 

Le plan de sauvegarde, selon le comité interne, n’est pas suffisamment structuré. Il est d’avis que les objectifs et les résultats attendus ne sont pas clairement définis. « Le plan ne présente ni calendrier complet des activités, ni aperçu de leur pérennité à moyen et long termes. Il peine aussi à démontrer la participation de la communauté à sa mise en œuvre », ajoute le comité. 

Pour toutes ces raisons, il a renvoyé la demande à l’État mauricien, l’invitant à faire une nouvelle inscription qui sera examinée ultérieurement. Cette fois, le comité demande à Maurice de préparer un plan de sauvegarde complet avec des objectifs et des activités claires, des résultats escomptés correspondant à chaque objectif et de déterminer les moyens qui seront utilisés pour mettre en œuvre ce plan à moyen et long termes. Enfin, il invite l’État mauricien à s’assurer que la participation de la communauté chagossienne est clairement mise en valeur et décrite dans le plan de sauvegarde.


26 natifs des Chagos en visite sur l’archipel 

Un groupe de 26 natifs et descendants des ex-habitants de l’archipel des Chagos sont en visite sur la terre de leurs ancêtres. Après Diego Garcia, il y a quelques jours, ils ont pu découvrir l’île Salomon. Ce samedi 7 décembre 2019, ils iront à Peros Banhos. Cela s’inscrit dans le cadre de la visite qu’organise le Foreign Office de la Grande-Bretagne à leur intention depuis quelques années. « C’est un voyage qui vise à nous permettre de nous reconnecter avec la terre de nos ancêtres et de découvrir sa richesse », explique l’activiste des droits humains Dominique Pierre, qui fait partie de la délégation.


Olivier Bancoult s’envole pour la Colombie 

Olivier Bancoult a pris l’avion le vendredi 6 décembre 2019. Après une escale en Europe, il rejoindra la Colombie ce dimanche. Le leader du Groupe Réfugiés Chagos, qui est également président du Chagossian Welfare Fund, veut être présent lorsque la décision finale sera prise au sujet de la demande d’inscription du sega tambour chagossien. Décision qui sera prise lors de la 14e session de l’Unesco du 9 au 14 décembre 2019 à Bogota.

Sa présence pourrait-elle faire pencher la balance en faveur de Maurice ? C’est du moins ce qu’il espère. Interrogé par Le Défi Plus avant son départ vendredi au sujet du rapport du comité de l’Unesco, il a précisé que « la communauté chagossienne a été partie prenante du projet pour préserver le patrimoine culturel chagossien ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !