Economie

Infrastructures publiques : le rythme des travaux s’accélère

Les travaux de construction se poursuivent sur des chantiers entamés depuis l’année dernière.

Les infrastructures publiques demeurent une des priorités de l’état. Le Budget présenté aujourd’hui, ce jeudi 14 juin, fera sans doute état des gros travaux en cours. L’accent est mis depuis l’année dernière sur d’importants chantiers étalés sur trois ans pour un montant dépassant Rs 62,5 milliards.

Les délais encourus dans la réalisation risquent fort de chambouler le calendrier élaboré mais on s’affaire pour optimiser l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement et améliorer la productivité pour atteindre une économie à revenu élevé.

Des infrastructures publiques modernes, bien conçues et efficientes facilitent cette transition vers cette nouvelle phase économique avec des opportunités économiques et une meilleure compétitivité. Cette relance devra créer de l’emploi, augmenter le niveau de vie ainsi que réduire les inégalités de revenus.

Au niveau des infrastructures de transport terrestre, il y a 13 kilomètres du Metro Express et 25 km de nouvelles routes en chantier. Dans le long terme, la voie ferrée s’étendra jusqu’à 30 km et le nouveau réseau routier jusqu’à 50 km. Presque la moitié de ces nouvelles routes reste à être réalisée avec un Budget d’environ Rs 750 millions.

En ce qui concerne les facilités portuaires, il s’agit de développer Port-Louis en centre logistique et maritime de standard international. Après l’extension des postes d’amarrage du terminal des containers, la capacité augmentera de 45 % à
750 000 unités et 1,3 million dans le long terme. Rs 12,7 milliards ont été budgétées.

Quant au secteur de l’aviation, l’aéroport est aussi appelé à devenir une importante base logistique et un pôle aéronautique. Des gros travaux y sont en cours pour faire face à des accroissements du nombre de passagers et du trafic cargo. Le terminal passager devra traiter une capacité de 4,5 millions d’individus et de 6 millions sur le long terme.

Le volume de fret aérien attendu dans deux ans sera de 58 000 tonnes à 90 000 en 2030. La rénovation de la salle d’embarquement de l’ancien terminal au coût de Rs 500 millions devra s’accélérer cette année. La mise à niveau des services de navigation aérienne se poursuit avec un budget de Rs 110 millions dont la moitié sera mise en exécution cette année. 

Au chapitre des infrastructures publiques figurent également la gestion des risques d’inondations et de glissements de terrain. Le système d’écoulement des eaux, ses particularités topographiques et les dangers associés seront cartographiés et une série de normes sera appliquée. D’un budget de Rs 4 milliards, plus de Rs 800 millions seront investies dans les divers travaux.

Découvrez les dernières nouvelles, les résultats des matchs et des potins en cliquant ici